Vous lisez actuellement les articles publié le juin 30th, 2010

Page 1 de 1

Le 30 juin 1840, sortie du livre de PROUDHON « Qu’est-ce que la propriété? ou Recherche sur le principe du droit et du gouvernement ». Ce premier mémoire est dédié à l’Académie de Besançon. Cela provoque un scandale; cette dernière exige le retrait de la dédicace, et somme Proudhon de venir s’expliquer devant elle.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de l’Anarchisme méritant et du baba au rhum réunis, bonjour !


Le 30 juin 1840, sortie du livre de PROUDHON « Qu’est-ce que la propriété? ou Recherche sur le principe du droit et du gouvernement ». Ce premier mémoire est dédié à l’Académie de Besançon. Cela provoque un scandale; cette dernière exige le retrait de la dédicace, et somme Proudhon de venir s’expliquer devant elle.

Le bac est passé mais je ne résiste pas au plaisir de vous proposer ce petit devoir de vacances:

«Sachant qu’il existe une quantité finie d’objets appropriables. Un droit de propriété sur ces objets va développer un nombre fini de propriétaires possédants les objets.
Plus un propriétaire possède d’objet, plus il est puissant, plus il peut posséder d’objets. Nous avons donc ici une boucle de rétroaction positive. De plus, plus un propriétaire possède d’objets, moins les autres en possèdent, moins ils sont puissants, donc moins ils peuvent posséder. Nous avons ici une deuxième boucle de rétroaction positive.(Le terme de rétroaction positive est très souvent employé dans le domaine du changement climatique. Certains facteurs comme l’augmentation des températures vont provoquer des effets sur le climat qui à leur tour vont accentuer l’augmentation des températures. C’est alors un cercle vicieux qui s’enclenche et qui accentue le phénomène.)
Par conséquence, l’état stationnaire d’un système économique basé sur le principe de la propriété a pour conséquence directe l’établissement de monopoles, et d’accroître les inégalités.
Or l’homme doit pouvoir profiter des objets dont il a besoin, et ce de manière équitable. Le concept de propriété dépossède donc l’homme de ce droit. Donc, la propriété, c’est le vol. »

voilà, je ramasserai les copies en septembre mais, d’ici là vous pouvez déposer vos commentaires.


Et puis tiens, célébrons le jour anniversaire de la naissance de Fritz Brupbacher: Médecin, militant socialiste libertaire et antimilitariste suisse.
Il naît le 30 juin 1874 à Zurich, dans une famille aisée. Après des études de médecine à Genève puis une formation en psychiatrie à Paris, il ouvre en 1901 son cabinet dans un quartier ouvrier de Zurich. Militant socialiste révolutionnaire dès 1898, il fréquente le milieu libertaire et devient notamment l’ami de Kropotkine de Vera Figner et de Pierre Monatte. Membre du Parti socialiste, mais antimilitariste (il prendra part en 1905, à la création de la Ligue antimilitariste) et partisan d’un syndicalisme révolutionnaire, il est l’objet de vives critiques au sein du parti et est poussé à la démission en 1920. Il rallie alors (en 1921) le Parti Communiste Suisse et se rend à plusieurs reprises en Russie, mais n’ayant pas abandonné son esprit critique et ses idées libertaires, il se heurte aux dirigeants staliniens qui lui rendent la vie impossible. En 1932, il « 
s’évada de la cellule » selon sa propre expression. Il militait également depuis les années vingt avec sa compagne Paulette dans le mouvement néo-malthusien, pour le droit à l’avortement ou à une libre sexualité.
En 1932, il publie une introduction à « 
La confession » de Bakounine (traduite du russe, par Paulette). Il est également l’auteur de « Marx et Bakounine« , « Bakounine ou le démon de la révolte« , ainsi que de nombreuses brochures et d’une autobiographie « 60 ans d’hérésie« , etc.
« Bakounine redeviendra actuel le jour où l’homme commencera à trouver insupportables le despotisme bourgeois et le despotisme prolétarien ».

Allez, je ne veux pas vous ennuyer plus longtemps à la veille des vacances. Profitez de vos temps libres, méfiez vous du soleil, et n’oubliez pas qu’il faut brûler Carthage. Portez vous bien et à demain peut-être.