Vous lisez actuellement les articles publié le mai 28th, 2010

Page 1 de 1

LA COMMUNE N’EST PA MORTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

La semaine sanglante.

Le 28 mai 1871 marque, au rouge, la fin de la Commune de Paris. Toute la semaine, les Versaillais ont assiègé les fédérés, les derniers tomberont au cimetière du père Lachaise. Les hommes de Thiers vont s’acharner sur les communards. Arrestations, exécutions sommaires, déportation, emprisonnement… Cet épisode de l’histoire, qui n’a pourtant duré que 70 jours, a marqué à jamais l’épopée du peuple parisien. Séparation de l’église et de l’Etat, respect des immigrants, droits des travailleurs, égalité des sexes et autres avancées sociales. Et puis, des milliers, sans doute des dizaines de milliers de morts. Parmi eux, Eugène VARLIN.

Le 5 octobre 1839, naissance d’Eugène VARLIN à Claye Souilly, près de Paris. Relieur, militant ouvrier, internationaliste, communard et libertaire. En 1865, il participe à la fondation d’une société d’épargne et de crédit mutuel des ouvriers relieurs. A la création de « l’A.I.T » (l’Internationale), il adhère à l’organisation et devient un des secrétaires du bureau parisien. Il sera délégué au congrès de l’A.I.T à Genève en 1868, et de Bâle en 1869. Il s’y prononce pour l’égalité des sexes ou encore pour « la collectivisation de la terre par les communes solidarisées ».

Il est aussi, en 1868, à l’origine de coopératives de consommation. Lorsque la répression s’abattra sur l’A.I.T, Varlin sera condamné une première fois à 3 mois de prison, puis contraint de s’exiler en Belgique pour se soustraire à une nouvelle condamnation en 1870. Il rentre en France à la chute de l’empire, devient le commandant d’un bataillon de la garde nationale, participe aux élections du 8 février 1871 puis, à partir du 18 mars, jour de l’insurrection, il fait partie du Comité central de la garde nationale.

Le 26 mars, il est élu membre de la Commune de Paris. Il participe aux derniers combats de la semaine sanglante. Arrêté le 28 mai 1871, il est roué de coups, puis fusillé par les Versaillais, après avoir crié « Vive la République vive la Commune ».

« .C’est la fin du vieux monde gouvernemental et clérical, du militarisme, du fonctionnarisme, de l’exploitation, de l’agiotage, des monopoles, des privilèges, auxquels le prolétariat doit son servage, la Patrie, ses malheurs et ses désastres« . Eugène Varlin, pendant la commune.

Tout à fait autre chose.

Je sais qu’il y a parmi vous quelques accrocs de la série LOST qui vient de se terminer. Et bien qu’ils se rassurent, à partir de très bientôt, une nouvelle saison pleine de suspense et de rebondissements: LOSTérité… Le héros Nicolas saura t-il convaincre ses compagnons d’infortune de la nécessité de se serrer la ceinture pour sauver la communauté ? Vous le saurez en suivant ses tribulations sur la chaine habituelle.

Bon, je vais m’arrêter là pour ce jour car j’ai quelques difficultés avec la mise en ligne des vidéos. Je vous souhaite une bonne journée, portez vous bien et à demain peut-être.