Vous lisez actuellement les articles publié le mars 10th, 2010

Page 1 de 1

Bonjour à tous et à chacun, en ce petit matin frisquounet, rendons hommage à un pédagogue injustement oublié. Mais, l’oubli est-il quelquefois juste …Le 10 mars 1972, mort de Stephen MAC SAY (de son vrai nom Stanislas Alcide MASSET).Militant anarchiste, professeur puis apiculteur. Il est né le 15 octobre 1884 dans le nord de la France. Il s’oppose très vite à l’enseignement « officiel ». En 1906 il rejoint, avec sa compagne Marie-Adèle ANCIAUX (dite Mary Smiles), l’école libertaire de Sébastien Faure « La Ruche »(voir plus bas) où ils enseigneront tous les deux jusqu’en 1910. Mac Say quittera alors définitivement l’enseignement et deviendra forain, puis apiculteur. Pendant la guerre de 14-18, bien que réformé, il se réfugie dans la Creuse avec sa compagne, craignant quelques ennuis à cause de son engagement antimilitariste. Après la guerre, Mac Say reprend ses activités militantes, et particulièrement sa collaboration régulière aux journaux anarchistes « l’en dehors », « Le libertaire » « Les Temps nouveaux » etc., ainsi qu’à l’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé



B
onjour à tous et à chacun, en ce petit matin frisquounet, rendons hommage à un pédagogue injustement oublié. Mais, l’oubli est-il quelquefois juste …Le 10 mars
1972, mort de Stephen MAC SAY (de son vrai nom Stanislas Alcide MASSET).
Militant anarchiste, professeur puis apiculteur. Il est né le 15 octobre 1884 dans le nord de la France. Il s’oppose très vite à l’enseignement « officiel ». En 1906 il rejoint, avec sa compagne Marie-Adèle ANCIAUX (dite Mary Smiles), l’école libertaire de Sébastien Faure « La Ruche »(voir plus bas) où ils enseigneront tous les deux jusqu’en 1910. Mac Say quittera alors définitivement l’enseignement et deviendra forain, puis apiculteur. Pendant la guerre de 14-18, bien que réformé, il se réfugie dans la Creuse avec sa compagne, craignant quelques ennuis à cause de son engagement antimilitariste. Après la guerre, Mac Say reprend ses activités militantes, et particulièrement sa collaboration régulière aux journaux anarchistes « l’en dehors », « Le libertaire » « Les Temps nouveaux » etc., ainsi qu’à l’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure.

Dénoncé comme juif pendant la 2e guerre mondiale (ce qui, soit-dit en passant, était faux) il est à nouveau contraint de quitter sa maison avec Mary.


Humaniste et amoureux de la nature, Mac Say écrira de nombreux livres et brochures contre la vivisection, ainsi que sur l’éducation des enfants et la santé : « L’école laïque contre l’enfant », « De Fourier à Godin », »Les bêtes proches de l’homme », « Propos sans égards », etc.

bulletin de la ruche


Voici à quoi ressemblait le « bulletin de la Ruche » auquel participa Stephen Mac Say du temps de sa collaboration avec Sébastien Faure.

Le 10 mars 1914, sortie par l’imprimerie de « La Ruche » à Rambouillet du premier numéro du « Bulletin de la Ruche« . Après avoir édité, entre 1906-08, un bulletin mensuel de son oeuvre de solidarité et d’éducation libertaire « La Ruche », Sébastien Faure publiera de mars à juillet 1914 (déclaration de guerre) ce bulletin bimensuel, mais, je vous en ai déjà parlé. Il saura s’entourer de collaborateurs intéressés à son action éducative comme C-A Laisant, Jean Marestan, le Dr F.Elosu, André Girard, etc.

Allez, je boucle les valises et c’est parti pour de nouvelles aventures. Direction les bords de Loire, objectif: Redonner un peu d’embonpoint à ma cave qui a tendance à s’étioler. De Nantes à Montaigu, la digue la digue… Du Muscadet au Sancerre, en passant Savennières et les Côtes de Giens. Et puis Chinon et puis Vouvray et puis Saumur et puis et puis, épuisant. Je vous raconterai cela. En attendant, portez vous bien et à demain…Peut-être.