Vous lisez actuellement les articles publié le février 11th, 2010

Page 1 de 1

FEMME VOILEE, FEMME…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

LETTRE OUVERTE A ILHAM MOUSSAID.

Je m’étais promis de ne pas y revenir mais, trop c’est trop. J’écris donc cette lettre, que je laisse ouverte, à cette candidate du NPA pour les régionales dans le Vaucluse.

Chère Ilham, je ne te connais pas mais, comme Prévert, je dis « tu » à ceux que j’aime. Car oui je t’aime, j’aime ton courage, ton combat, ton audace. Contre la droite ulcérée, contre la gauche outrée, contre les cathos offensés, contre les fondamentalistes enragés, contre les laïcards outragés, contre les Trotskistes décalés..

Tu as choisi de paraître sur une liste électorale avec ton fichu sur la tête et donc, comme dirait Lacan, tu as choisi de « par être », « d’être par » cette décision, d’exister au nez et à la barbe (hi hi) de tous ceux qui voudraient te renvoyer dans ta cuisine.

Ceux qui aujourd’hui en appelle à la République (je mets toujours une majuscule), pour fustiger les signes ostentatoires d’appartenance à une religion, Les Coppé, les Aubry, les BHL, Les Mélenchon et même,paradoxe, les Fadela Amara. Ceux là et leurs pairs, je ne me souviens pas les avoir entendu hoqueter lorsque Henri GROUES, alias l’abbé Pierre, fut élu Député de Meurthe et Moselle; lorsque Félix KIR, chanoine de son état, fut élu maire, Conseiller Général et Député de Dijon; lorsque l’abbé LAUDRIN se fit élire Conseiller Général, député de Locminé et même, et je devrais dire surtout, lorsqu’il fut désigné pour représenter la France au Parlement Européen (assemblée parlementaire de la CEE) en 1962. Bon c’est vrai, il étaient blancs, catholiques et de droite, mais quand même…Plus ostentatoire qu’une soutane, c’est difficile à faire. Plus près de nous, même s’il ne portait plus la soutane depuis longtemps, le prêtre costarmoricain Paul HOUE fut Maire de St Gilles du Mené pendant des années et ça ne faisait pas tousser tant que cela dans le diocèse… Je pourrai allonger la liste .

En vérité Ilham, tu as contre toi d’être une femme, musulmane peut-être, de gauche assurément, républicaine forcément, anticapitaliste viscéralement, internationaliste évidemment et donc comme dirait le boiteux de Montpellier, « d’avoir une tête pas très catholique ». C’est beaucoup de handicaps pour affronter le suffrage de ses concitoyens et pour cela, moi qui suis anticlérical, athée et mécréant je te salues fraternellement.

La meilleure des réponses à apporter à ceux qui entretiennent un climat de haine et de suspicion autour de l’identité nationale (là, je ne mets pas de majuscule), de l’immigration, et surtout, des deux accolés. A ceux qui confondent (volontairement) Hijab et burqa, (le premier étant réservé aux femmes du prophète dans le coran, la seconde étant une invention récente des Salafistes, mais les deux faisant d’excellents instruments pour tous ceux qui veulent tuer leur chien au motif qu’il est enragé)…C’est de te faire élire ! Ainsi soit-il !

AN DEN PAOLIG…

Fort heureusement, dans quelques jours on va pouvoir se vidanger les neurones en fêtant Mardi gras à Douarnenez. Déguisé ou pas, l’occasion est trop belle de faire « son reuz » derrière Den Paolig (le pauvre homme qui est roi de la fête durant quelques jours). Cette parenthèse dans la vraie vie est un réel ressourcement pour qui a usé ses culottes courtes sur les quais du Port Rhu, quand bien même le folklore a pris une place de plus en plus importante au détriment de la spontanéité qui existait jadis. Le soda à supplanté le « rouge lim’ », idéologie sécuritaire oblige. Mais la grande soirée du mardi reste incontournable, de « chez micheline » au « Malamock », on va déambuler à la recherche du temps perdu, de sa jeunesse peut-être. Illusion vite évaporée quand au petit matin il faut reprendre contact avec les réalités qui font trop souvent de notre vieille planète cette vallée de larmes… Je vous ferai un petit rapport dans un proche billet si j’ai retrouvé mes capacités après force libations sans lesquelles les Gras seraient bien maigres…

UNE BREVE RIGOLOTE.

Bien qu’ayant servi depuis des années en tant que diplomate pakistanais, Akbar Zeb (ou Zib) n’a pas reçu l’aval pour être nommé ambassadeur du Pakistan en Arabie saoudite, selon des sources citées par le site de relations internationales Foreign Policy. Cela n’a rien à voir avec ses états de service, mais plutôt avec son nom, qui signifie en arabe «la plus grosse bite». Le site Salem News rapporte:

« Un diplomate de haut niveau pakistanais s’est vu refuser le poste d’ambassadeur en Arabie saoudite à cause de son nom, Akbar Zeb, qui signifie «la plus grosse bite» en arabe. Les responsables saoudiens, apparemment accablés par le nom, on mis leur veto. »

Bon, allez, faut pas désespérer de l’humanité. Ca finira bien par s’arranger dans quelques millions d’années. En attendant ce jour, portez vous bien et à demain peut-être.