Vous lisez actuellement les articles publié le janvier 2nd, 2010

Page 1 de 1

CONCERT BY THE SEA…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Donc, nous voici en 2010 et, c’est pas pour me vanter mais, il fait beau comme disait Sacha Guitry. Enfin beau, il gèle à pierre fendre ! Pao caol sornett disait-on autrefois pour désigner quelqu’un de pas très affable. Ca voulait dire à quelque chose près: « Pied de chou gelé ». Les lapins de Keramoal n’ont pas osé mettre le nez hors du terrier, seul le rouge gorge s’est présenté au petit déjeuner… Aujourd’hui le Damard force 4 s’impose, sous le gros pull. Tiens, histoire de se réchauffer, hommage à un type qui swingue un maximum.

ERROLL GARNER.

Né à Pittsburgh, Pennsylvanie, le 15 juin 1921, Erroll commença à jouer du piano à l’âge de trois ans, il est mort un 2 janvier (ce qui explique ce petit billet). Autodidacte, il joua tout d’abord dans l’ombre de son frère lui aussi pianiste (Linton Garner) puis il débarqua à New York en 1944. Il travailla un temps avec le bassiste Slam Stewart (il se servit du morceau Play Fiddle Play pour composer son fameux Play Piano Play), ainsi qu’avec son trio habituel (Eddie Calhoun, son ami d’enfance contrebassiste, et le batteur Fats Heard).

Son oreille et sa technique impressionnantes lui ont permis de faire une carrière internationale. Son style était réputé pour son incroyable swing, même si certains de ses meilleurs enregistrements demeurent des ballades, telles que Misty, la plus connue d’entre elles. Son disque le plus célèbre est Concert By The Sea. Erroll Garner jouait avec un fameux décalage d’un quart de temps entre les deux mains, si bien que son style est extrêmement difficile à imiter bien que tout pianiste ait essayé (2 ou 3 notes suffisent à reconnaître son jeu). On le voit ici en compagnie de Clint Eastwood, grand amateur de jazz.

Et bien voila, c’est pas tout de faire la fête, il faut penser à recharger ses batteries et son frigo. Donc, direction la ville, ses néons, ses magasins, temples de la consommation. Je vous souhaite un bon week end, portez vous bien et, à demain peut-être.