Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 27th, 2009

Page 1 de 1

LA SOCIETE DU SPECTACLE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Le 28 décembre c’est le 8ème jour de Nivôse et c’est le jour du fumier… Je vous laisse la responsabilité de choisir  à quoi ou à qui vous l’associez…

Emmanuel TODD.

J‘avais grandement apprécié son analyse sur le déclin de l’Amérique parue dans « Après l’empire » aux éditions Gallimard, aujourd’hui dans une interview au Monde, il livre sa pensée sur le débat à propos de l’identité nationale. Extraits:

« Si vous êtes au pouvoir et que vous n’arrivez à rien sur le plan économique, la recherche de boucs émissaires à tout prix devient comme une seconde nature », estime-t-il. « Je m’en suis tenu à l’écart autant que possible, car ce débat est, à mes yeux, vraiment pervers. Le gouvernement, à l’approche d’une échéance électorale, propose, je dirais même impose, une thématique de la nation contre l’islam. Je suis révulsé comme citoyen. En tant qu’historien, j’observe comment cette thématique de l’identité nationale a été activée par en haut, comme un projet assez cynique. L’habileté du sarkozysme est de fonctionner sur deux pôles : d’un côté la haine, le ressentiment ; de l’autre la mise en scène d’actes en faveur du culte musulman ou les nominations de Rachida Dati ou de Rama Yade au gouvernement. La réalité, c’est que dans tous les cas la thématique ethnique est utilisée pour faire oublier les thématiques de classe. » C’est moi qui souligne, mais je trouve cela tellement juste…

Guy DEBORD, né un 28 décembre.

Ce chantre de l’internationale situationniste nous avait passionnés en 1967 en faisant paraître « la société du spectacle ». L’histoire s’acharne à lui donner raison. Il était de ces gens courageux qui s’étaient insurgés contre la guerre d’Algérie en signant, en 1960, le fameux manifeste des 121. En 68, avec Raoul Vaneigem, ils faisaient figures de véritable références pour tous ceux qui voulaient changer le monde. Il a choisi de mettre fin à ces jours en novembre 1994. Aujourd’hui, ses analyses nous seraient des plus profitables pour décortiquer la société « bling-bling » que Nicolas 1er nous propose. Alors, en sa mémoire, juste une citation extraite de « Panégyrique » 1989.

« J’ai d’abord aimé, comme tout le monde, l’effet de la lègère ivresse, puis très bientôt j’ai aimé ce qui est au-delà de la violente ivresse, quand on a franchi ce stade : une paix magnifique et terrible, le vrai goût du passage du temps. »

Voila, c’est un peu intello pour un lundi mais bon, hier j’avais évoqué les petits zoizeaux ! Allez, en tous cas, c’est vraiment gentil à vous d’être passé et de vous être arrêté une minute sur ce blog. Portez vous bien et à demain peut-être.