Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 25th, 2009

Page 1 de 1

CELUI QUI A L’HEURE EST UN HEUREUX…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Chaque année, à pareille époque, je mets à profit ces turbulences festives pour effectuer une retraite spirituelle dans la solitude et la méditation. Je ressors de ma bibliothèque les ouvrages de mes deux auteurs favoris, Lao-Tseu et Saint Augustin, sans délaisser pour autant Saint Emilion, qui conserve toute ma vénération.

Je vous livre quelques uns des sujets qui ont mobilisés ma réflexion au cours des heures passées:

  • Le prix du homard a été multiplié par quatre. A qui profite le crime ?

  • Berlusconi se prend pour le Duce. A qui profite la frime ?

  • Édouard Leclerc (père) a été décoré par le président. On en parle dans le Landerneau de l’épicerie; et vice versa.

  • Lucie de Lammermoor est vivante. Lucien, de l’Aber vrac’h est mort.

  • L’an 01 est en retard. Je répète, l’an 01 est en retard.

Comme vous pouvez le constater, il s’agit là de thèmes dont la teneur philosophique atteint des hauteurs rarement égalées et qui nécessitent une mobilisation totale et permanente de mes capacités neuronales. Seuls, le calme serein et la tranquille atmosphère de mon modeste ermitage sont propices à ce genre d’exercice.

Je dois, entre autres choses, à mon vieux maître Paul Le Bohec, l’apprentissage de cette technique qu’il avait baptisée « écriture automatique » et qui permet de se purger l’esprit des miasmes qui l’encombrent.

Tout a fait autre chose.

Condidérant que vous avez été relativement modérés dans votre consommation au cours des agapes passées, voici quelques réflexions de comptoir en guise de bonus de fin d’année et histoire d’en remettre une couche. Quelques minutes de pur bonheur interprétées par l’inoubliable Jean Carmet.

Voila qui devrait vous redonner la pêche pour retourner au boulot en attendant de remettre ça la semaine prochaine.

Allez, portez vous bien et, à demain peut-être.

GROLLEAU & MUSCADELLE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Bien sûr, je pourrai vous souhaiter un joyeux Noël mais avouez que c’est un peu convenu. Pour la bonne année, ce serait un peu prématuré, quand aux joyeuses Pâques, ça ferait carrément déplacé. La liste est longue d’autant qu’elle se termine toujours par: « …Et surtout, la bonne santé, hein ! « . Notez que le « hein » est très important, sans lui la phrase perd de sa force de conviction, on y croit moins, ça donne l’impression désagréable de voeux à la petite semaine, des voeux en solde en quelque sorte. Or, loin de moi la volonté de brader la tradition, à l’heure où l’identité nationale est en péril, il convient de respecter les us et coutumes sous peine de finir étouffé sous une burqa, écrasé par la chute d’un minaret, enlevé par les Raëliens, examiné par les scientologues, safranisé par les Hare-krishna ou nanisé par les mighty.

Pour ceux qui n’ont pas suivi depuis le début, je rappelle que vous avez toutes les explications sur ilovemighty  . Voyez ce père Noël, je ne sais pas comment ça fonctionne cette histoire de droits d’auteur mais, je connais le créateur (pas de « C » majuscule), je veux dire celui qui a conçu les mightys, je vais lui poser la question avant d’avoir un procès. A la vérité, et pour paraphraser le poête, adresser ses bon voeux c’est un peu promettre quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas…

Bon, ce n’est pas que je m’ennuie en votre compagnie, bien au contraire, mais, j’ai un chapon à plumer, un cent d’huitres à ouvrir (et un sang d’encre à me faire) sans compter le travail à la cave. Tiens à ce propos, nous avons découvert, ma fiancée et moi lors d’un diner au « Ruffé » à Brest même, un vin qui mérite largement le détour. Il accompagnait dignement un dos de lieu roti, piqué au chorizo. Un Sainte Foy Bordeaux, chateau des chapelains de chez Charlot propriétaire, c’est un cépage 100% muscadelle, une vraie merveille à découvrir absolument. Petit message personnel pour Jean-Yves, c’est un resto où il y a du Grolleau à la carte !

Allez, portez vous bien, vous en « fêtes » pas, ça va passer et, à demain peut-être.