Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 28th, 2009

Page 1 de 1

N’ALLEZ PLUS EN TUNISIE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

N’ALLEZ PAS EN TUNISIE...

Il se fait dans ce pays entendre un bruit de bottes des plus inacceptable. Depuis son procès, ses amis, sa famille, sont sans nouvelles du journaliste Taoufik Ben Brick. Comme d’autres opposants au régime de « notre ami Ben ALI », il a subi les foudres du dictateur. Selon « Courrier International » il est impossible de lui rendre visite et, ceux qui le soutienne, s’inquiètent de cette disparition. Que fait la France au delà de ce silence assourdissant ? La France qui veut rétablir la démocratie en Afghanistan, la France des droits de l’homme, la France de Kouchner ? A t-elle délibérément choisit entre la peste et le choléra, entre Ben Ali et les islamistes ? Pendant que les touristes se dorent sur les plages d’Hammamet ou de Kelibia, on torture, on réprime, on emprisonne. Une seule réponse. N’allez pas en Tunisie !

 

IL S’APPELAIT LEO LAGRANGE…

Je ne sais pas si vous lu le bouquin de B. LAPORTE, ancien secrétaire d’État aux sports. Très franchement je crois que je vais m’en passer mais cela me fournit une transition avec mon billet du jour.

Dans la série des grands bonshommes, un petit mot sur ce monsieur né un 28 novembre en 1900. Je gage qu’il existe près de chez vous une école, un stade, une maison des jeunes, qui porte son nom.

A l’heure où TF1 prépare les cerveaux à recevoir la pub, on se remémore avec plaisir cette déclaration de Léo LAGRANGE.

« … Il ne peut s’agir dans un pays démocratique de caporaliser les distractions et les plaisirs des masses populaires et de transformer la joie habilement distribuée en moyen de ne pas penser. »

Il fut le premier Secrétaire d’État chargé de la jeunesse et des sports. On lui doit la création des auberges de jeunesse. Il a tenté sans succès d’organiser des Olympiades populaires en substitution des J.O. De Berlin. Las, toute la droite de l’époque a voté pour la participation de la France aux jeux fascistes. Il rencontra la grande faucheuse en juin 1940 sous la forme d’un éclat d’obus.

Et bien voila, un coup de gueule et un coup de chapeau…C’est bien pour un samedi pluvieux. Demain d’autres aventures bloguelesques, en attendant, portez vous bien et, à dimanche peut-être.