Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 23rd, 2009

Page 1 de 1

LE BONJOUR VOUS VA !

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Une fois n’est pas coutume, je titre aujourd’hui avec l’accent Catalan. Et pour ne rien arranger, je veux vous parler d’une récente découverte qui n’a rien à voir (c’est le style de la maison) : LE CHAMPAGNE AYALA .

Non, ce n’était pas pour fêter la litigieuse victoire de l’équipe de France. Quelqu’une de moi très proche (comme disait Rabelais), alors que nous célébrions mon anniversaire, me fit découvrir ce champagne issu d’une très vieille maison champenoise implantée sur la commune d’AY. Curieusement il n’y a pas de rapport entre le nom de la commune et la marque AYALA; il s’agit du nom d’une famille d’origine espagnole. Même si la maison AYALA appartient depuis peu à Bollinger, elle a conservé son caractère artisanal, notamment dans l’élaboration de ses assemblages. Celui-ci repose sur une dominante de Pinot noir. C’est là sans doute mon seul regret moi qui suis un fervent amateur du Blanc de Blanc et donc du 100% Chardonnay. Si, à l’occasion, vous passez devant chez votre caviste préféré, n’hésitez pas. Accompagnez cette dégustation d’une fine tranche (pourquoi fine ?) de foie gras d’oie, sans artifice aucun. A l’approche des fêtes de fin d’année et au moment de « rentrer » quelques bouteilles, un bon cru artisanal chez un caviste ne coùte pas plus qu’un vin de marque en grande surface et la comparaison est souvent flatteuse pour le premier.

Pendant que les files d’attentes s’allongent devant les centres de vaccination, le grand Satan de l’industrie pharmaceutique continue de tirer les ficelles. Dernière nouvelle: Le virus a muté ! Journaux, radios, télévisions, internet, c’est le défouloir absolu. Un bébé à toussé, la crêche est fermée…Trois élèves « probablement » infectés, lycée fermé, même le départ de la Jeanne d’Arc a été retardé. Bref ça ne s’arrange pas. Notre ami et voisin (à moins que ce ne soit l’inverse) Paul C. toujours vigilant, nous a fait parvenir deux articles émanant d’auteurs dont la bonne foi ne saurait être mise en doute et qui nous éclairent grandement. Les textes étant assez longs, je mettrai un lien pour leur consultation.

Je ne voudrais pas jouer les « Anne Roumanoff » de service: On ne nous dit pas tout ! Mais, il faut bien l’admettre: Si ça continue…Il va falloir que cela cesse !

Allez, on ne va pas se laisser impressionner par un petit virus de rien du tout, ça me rappelle l’histoire des chauve-souris de Bigard, portez vous bien et, à demain peut-être.