Vous lisez actuellement les articles publié le octobre 21st, 2009

Page 1 de 1

ALLEZ LES BLEUS…ET LES BOSSES

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

ATTENTION, Y’A UN BARRAGE.

C’est donc dans le mythique stade de Croke Park Stadium et non à Lansdowne road que se déroulera le match de barrage entre l’Irlande et la France. Barrage qu’il faudra absolument surmonter pour accéder à la phase finale de la coupe du Monde. Je dis stade mythique car si il a accueilli quelques grands évènements internationaux, il est habituellement et strictement réservé aux sports Gaëliques. Nos p’tits bleus ont du souci à se faire, l’Irlande est quand même d’un autre gabarit que les iles Féroë. Et les quelques 80 000 spectateurs que peut héberger le « chaudron vert » de Dublin, c’est pas la même dimension que le terrain de jeux du Roudourou à Guingamp. Alors, est-ce que le barrage sera favorable à l’équipe de France et les reverrons nous en Australie? Je ne sais pas ce qu’en pense Raymond (mon nom est MOND, Ray…mond) mais, franchement, il a l’air plutôt dubitatif. Il n’y a plus qu’à espérer que nos cousins d’outre-manche, ne nous réserve pas un coup de Trafalgar. Et alors là, chers amis, admirez l’enchainement…C’était en effet un 21 octobre que ce cher Horatio (mais non, pas celui des experts à Miami) mais Horatio NELSON, vicomte de Bronte, affligea une terrible défaite (après celle d’Aboukir) à la flotte Française, c’était à Trafalgar. Depuis ce cher amiral à son square à Londres. Est-ce que vous imaginez un « Domenech-square » à Paris… Moi non plus.

CACHEZ CE SAINT… un grand merci aux participants pour leurs très nombreuses contributions. On vient d’ailleurs de me signaler une toute dernière proposition s’il restait un peu de granite pour un saint qui veille sur tous les nains de jardin: Saint PLET. Quand aux buveurs d’eau, peu nombreux sur ce blog, ils pourront se consoler en priant Saint Yorre.

Allez, que tous les saints de Bretagne et d’ailleurs vous soient favorables. Le mercredi c’est la sortie des hebdos et, je me dépèche pour ma revue de presse. Le temps de vous dire: A demain, peut-être.