Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste Joséphin Peladan

    Joséphin Peladan

  • Image de l'artiste Pic de la Mirandole

    Pic de la Mirandole

  • Image de l'artiste Louise MICHEL

    Louise MICHEL

  • Image de l'artiste Hugo PRATT

    Hugo PRATT

  • Image de l'artiste Germaine MONTERO

    Germaine MONTERO

La consoude c’est bon pour tout…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des jardins à l’anglaise et des champignons à la grecque réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 05 mai 2016, 16è jour de floréal dédié à la consoude, plante que les anciens nommaient la bonne à tout faire. Utilisée depuis l’antiquité comme cicatrisant, la consoude sert aussi à la consoudeconsolidation des fractures. On consomme ses racines crues ou cuites, les feuilles servent dans les soupes, à la façon du tapioca. On confectionne des beignets avec ses feuilles, qui rappellent le goût du filet de sole. Bon, n’exagérez pas car elle renferme des alcaloïdes dangereux pour le foie ! Autrefois, les nourrices utilisaient les racines des « toutes-bonnes » pour soigner les gerçures de leurs mamelons. Elle est maintenant appréciée comme engrais sous forme de purin. Profitez en avant que cela ne soit interdit par l’Europe. Il parait qu’on peut même teindre la laine grâce à une teinture brune qu’on obtient à partir de ses racines. Alors, qui dit mieux ?

Tout à fait autre chose.

En vérité je vous le dis, tous les anarchistes ne sont pas espagnols. Voici quelques mots à propos de l’un d’entre eux qui naquit un 5 mai, en 1903, à Pontivy (Morbihan – Bretagne). Pierre-Marie Perrin dit Pierre OdéonODEON. Son nom apparaît pour la première fois dans Le Libertaire à la rubrique « tribune des jeunes ». Il fut arrêté pour une affiche appelant à la désobéissance aux ordres de mobilisation et condamné à six mois de prison. Il fut administrateur du Libertaire au début de 1927 et fut élu secrétaire de l’union anarchiste communiste révolutionnaire (UACR). En décembre 29, appelé au titre de réserviste, il refusa de se présenter et fut arrêté. Le conseil de guerre de Paris le condamne à un an de prison. Enfermé à la prison militaire du Cherche-midi à Paris, il entame une grève de la faim, il sera libéré le 15 décembre 1930.

Pendant la guerre civile espagnole il milite activement en faveur des républicains. Il participe à la création de la centurie Sébastien Faure qui partit combattre en Espagne. Une centaine de français la composent eEncounter-with-Simone_Weil-Filmstill-06.-240x300t parmi eux, Simone Weil (la philosophe) que l’on voit ici revêtue du célèbre uniforme de la CNT et qui intégrèrent la colonne Durruti. Il accompagna des dizaines de fois des camions de vivres, de médicaments et d’armes. Il fut aussi l’un des responsables de la colonie « Ascaso-Durruti » installée par la Solidarité Internationale Antifasciste près de Llansa. Pendant l’occupation, il fut arrêté une nouvelle fois et déporté à Buchenwald et aux mines de sel de Wansleben. Il est décédé en 1977 et incinéré au Père-Lachaise. Encore un sacré bonhomme ! Sources: Ephéméride anarchiste

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

Comme on fait son lit…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de l’humour noir et du blanc-manger réunis, bonjour ! Ce Mercredi O4 mai 2016 correspond au 15è jour de floréal dédié au ver à soie, à ne pas confondre avec cette sale bête qui est le ver à soi, quand bien même par ici il soit surtout question du verre à soi… Tiens, justement, en Bretagne on célèbre les Eneour, Enewyr en gallois, qui était, nous dit la chronique, un supposé saint homme venu d’outre manche sur une barque de granite aux alentours du VIè siècle et de l’Armorique réunis. Oui, à cette époque là, le granite flottait bien mieux qu’aujourd’hui.

Dans les monts d’Arrées (29), à quelques pas de Roc’h Trevezel se trouve une pierre remarquable que les autochtones nomment le lit de Eneour. On y voit, par temps clair et avec beaucoup de bonne volont220px-Image_018.lit_de_Saint-Eneouré, l’empreinte du chapeau, du livre et des sandales du bonhomme ainsi que la marque de son corps (photo de droite). Elle est située à environ un kilomètre au Nord de l’église, et à trois cents mètres à l’Est du manoir du Penhoat. Selon la légende, l’ermite, qui aurait laissé son nom à la paroisse, Plonéour-Menez, avait pour habitude de se retirer en ce lieu pour prier et dormir. Il existe aussi en pays bigouden, non loin de Pont-L’abbé (29) la commune de Ploneour-Lanvern: Le nom « Plonéour » signifie en breton la Plou de Eneour, auquel a été rajouté le nom de « Lanvern » (qui vient du breton Lan (ermitage) et du nom Wern ou Guern qui signifie « marais d’aulnes ») lorsque cette ancienne paroisse a été rattachée à la commune nouvellement créée de Plonéour. La légende dit que le menhir qui se dresse sur la place centrale de Plonéour-Lanvern serait le mât du bateau qui aurait amené saint Enéour de Grande-Bretagne en Cornouaille.Le nom breton de la commune est Ploneour-Lanwern.

 

La légende le fait débarquer en pays Bigouden, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas le plus court chemin quand on vient du pays de Galles. Mais bon, les paysans du Léon n’avaient pas encore inventé la Brittany Ferries… Il aurait été accompagné de sa sœur Thumette, on 29NevezEglise10n’est jamais trop prudent. Thumette donc, Tunvezh en breton, qui était il n’y pas si longtemps encore un prénom très porté en pays bigouden, est toujours me dit-on, la patronne des marins au long cours, des Cap-horniers. L’église de Nevez regorgeait d’ex-votos de trois-mâts et autres navires. Ici en photo, c’est un trois-mâts,  à navigation mixte, et portant sur sa proue l’inscription « Souvenir des marins de 1904″. Il a été conçu par Yves Guillou, qui avait fait son service à bord de « l’Hirondelle » et réalisé au couteau à partir d’un tronc d’arbre. Vous remarquerez que si le navire est à sec de toile, certaines vergues sont peintes de façon à imiter les voiles ferlées.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Voici le mois de Mai…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , , ,

Amis de la mère Michel et de la langue de chat réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 03 Mai 2016 c’est à dire le 14 de floréal, jour du chameropscalendrier républicain dédié au chamerops, encore nommé le palmier nain. C’est une espèce très représentée autour de la méditerranée mais que l’on retrouve dans nos contrées de plus en plus fréquemment, réchauffement oblige. D’ailleurs, les jardins de Keramoal s’enorgueillissent d’en posséder un qui semble apprécier sa villégiature.

Le mois de mai doit son nom au latin maius en l’honneur de la déesse de la fécondité, Maia. la tradition du mât de mai remonte à la nuit des temps. Il s’agirait d’un vestige des Celtes qui ont peuplé le Sud de l’Allemagne : venant des steppes orientales, ils vénéraient la nature et célébraient le début de l’été, le 1er Mai, en érigeant un arbre autour duquel ils dansaient pour chasser les mauvais esprits. Cette coutume n’a cessé de se perpétuer au fil du temps, malgré l’opposition farouche de l’Église qui y voyait un rite païen célébrant la fécondité. Finalement, comme bon nombre des rites de nos ancêtres, il fut intégré au culte arbre de Maichrétien. Depuis le XVIIIè siècle, et encore plus depuis la Seconde Guerre mondiale, le mât de Mai est devenu le symbole des villes et villages de la Bavière du Sud. Il représente l’honneur de la commune et de sa communauté. Il est source de compétition entre les villages bavarois, qui rivalisent d’ingéniosité et d’efforts pour se doter du plus grand et du plus bel arbre. Aussi, des hauteurs de 30 mètres ne sont-elles pas rares… Et jusqu’à ce qu’il soit érigé, le jour de la cérémonie, il fait l’objet de toutes les convoitises et à ce titre, il est jalousement surveillé, jour et nuit, par les hommes de la commune, pour décourager les éventuels ravisseurs… L’enjeu est de taille, car en cas de vol, les victimes se verraient dans l’obligation de verser une rançon en nature (bière et victuailles) et surtout de porter le poids de la honte ! le tronc d’arbre dont on se sert pour ce mât de mai est ensuite peint en bandes blanches et bleues (les couleurs de la Bavière) et le sommet du mât est décoré d’une couronne en branches de sapin. Bien souvent, on retrouve tout le long du mât, des figurines représentant les différents corps de métiers, comme le cordonnier, le ramoneur, le menuisier, le charpentier, etc. Mon aïeule avait coutume de dire: mariages de Mai ne fleurissent jamais…

Le 3 mai 1936 voit la victoire du front populaire et l’immense espoir qu’elle fait naître dans la classe ouvrière. Souvenons nous de Léon congés payésBlum, de Jean Zay, de Salengro, de Léo Lagrange ou encore de Thorez à qui l’on doit cette fameuse phrase: il faut savoir arrêter une grève !
Souvenons nous des congés payés, des conventions collectives, des billets de train avec 40% de réduction pour partir en vacances, la semaine de 40 heures, la retraite des mineurs, les allocations chômage, les nationalisations, les augmentations de salaire, la scolarité à 14 ans, le musée de l’homme, le CNRS, le palais de la découverte… C’est pas interdit de rêver !

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

La dame de Nohant…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

, , , ,

Amis de la paracentèse bilatérale et de la foire à Neuneu réunies, bonjour ! Nous sommes bien le Lundi 02 mai 2016, treizième jour de Floréal dédié au bâton d’or (c’est une sorte d’espèce de genre de giroflée), jolie plante qui FujysZRaWcBKVF3JE871Oj8eexwfleurit au printemps sur les vieux murs où elle épanouit ses fleurs jaune orangé d’une odeur délicieuse, recherchées par les abeilles. Si je vous dis qu’il s’agit d’une plante  de la famille des Brassicacées qui inclut les giroflées, dont beaucoup sont originaires de Macaronésie, ça vous la baille belle non ? Encore que je soupçonne certains d’entre vous de faire semblant de prendre la Macaronésie pour un pays de nouilles comme d’autres prennent l’helvétie pour une lanterne…

Le 2 mai 1832, la critique littéraire salue la sortie à Paris d’un roman intitulé Indiana. Tiré à 750 exemplaires, il dresse la critique de la vie bourgeoise sous le règne de Louis-Philippe 1er. Son auteur est un inconnu du nom de George Sand. Derrière ce pseudonyme se cache une jeune femme de 28 ans au parcours déjà rocambolesque, née le 1er juillet 1804 à Paris sous le nom sandd’Amantine Aurore Lucile Dupin. Ses parents sont un officier et la fille d’un pauvre cabaretier. Elle épouse à 18 ans le baron Dudevant dont elle se séparera en 1836 après une relation orageuse et de multiples liaisons. Un an après le mariage, en 1823, naît un garçon, Maurice. Cinq ans plus tard naît une fille, Solange. Le pseudonyme George Sand sous lequel Aurore accède à la célébrité littéraire rappelle par ailleurs Jules Sandeau, l’amant avec lequel elle a commencé à écrire. Passionnée et volontiers exubérante, révolutionnaire et républicaine dans l’âme, elle mène en marge de ses travaux d’écriture maints combats politiques et des engagements féministes avant l’heure. Elle ne craint pas non plus de scandaliser les bonnes âmes en s’affichant en tenue d’homme ou avec un cigare.

La maturité venue, la romancière prend ses distances avec la bourgeoisie louis-philipparde et découvre comme bien d’autres le monde du travail. Elle devient ainsi l’amie du peintre Jean-François Millet, l’auteur de L’Angélus. Pour Alfred de Musset, son talent de poète et de dramaturge va se révéler à la faveur de sa rencontre explosive et passionnelle avec George Sand. Elle ne durera que quelques mois, de juin 1833 à mars 1835 mais l’amènera à georgeproduire plusieurs chefs-d’œuvre : Lorenzaccio, Les Caprices de Marianne, La confession d’un enfant du siècle, Il ne faut jurer de rien… Et puis, bien sur, Chopin. Après les journées révolutionnaires de 1848, elle se retire dans son château de Nohant, au cœur de cette campagne berrichonne qui lui fournit la matière de ses meilleurs romans :  La Mare au diable (1846), François le Champi (1847) ou encore La petite Fadette (1849). Elle écrit vite. Quatre jours lui suffisent par exemple pour écrire La Mare au diable, l’un de ses plus célèbres ouvrages. Mais elle prend ensuite son temps pour relire et corriger son texte. La « dame de Nohant » meurt dans la sérénité le 8 juin 1876. Passionnée, provocatrice, elle a créé un personnage inédit : la femme libérée. Sources: hérodote.net

Allez, merci de vos fréquentes visites, portez vous bien et à demain peut-être.

Beltan du déclin…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, ,

Amis de la blanche hermine et du kig ha farz réunis, bonjour ! Votre calendrier des postes ne vous trahit pas, nous sommes bien le Dimanche 1er mai 2016, douzième jour de Floréal dédié au sainfoin. Le 1er mai c’est, rappelons le, la fête des travailleurs et non pas, la fête du travail. Mais c’est aussi, ancrée dans la mémoire collective, la fête de la nature, du renouveau de la renaissance. Chez les Celtes, c’est Beltan.

Beltaine est la troisième des quatre grandes fêtes religieuses de l’année celtique, célébrée le 1er mai. Elle vient après Samain et Imbolc et marque la fin de la saison sombre et le début de la saison claire. Elle est en rapport avec Belenos, Lug et Belisama. Le principal rituel de Beltaine consiste en des feux allumés par des druides où le bétail passait afin qu’il soit protégé des épidémies pour l’année à venir. Beltaine marque une rupture dans l’année, on passe de la saison feux-de-beltan-300x202sombre à la saison claire, lumineuse, c’est aussi un changement de vie puisque c’est l’ouverture des activités diurnes : reprise de la chasse, de la guerre, des razzias, des conquêtes pour les guerriers, début des travaux agraires et champêtres pour les agriculteurs et les éleveurs. En ce sens, elle est l’antithèse totale de la fête de Samain. Beltaine est la période de prédilection pour les rites de passage entre les périodes froide et chaude, entre l’obscurité et la lumière, entre la mort psychique symbolique et la renaissance spirituelle. De manière générale, Beltaine est la fête du changement du rythme de vie. Du rythme hivernal, on passe au rythme estival. La fête marque ce passage tant physiquement que spirituellement.

Les récits insistent sur les feux allumés par les druides, prononçant des incantations magiques pendant que l’on fait passer le bétail entre les buchers. Le « feu de Bel » (Belemos) est un feu de purification bénéfique que les druides étaient censés créer par leur magie et leurs incantations. Le Feu de Beltaine est puissant, sacré et fort, celui qui l’allume doit être une personne de pouvoir. Beltaine est l’exaltation du druide et guifeu, élément druidique par excellence. On suppose que l’assemblée des druides dans la forêt des Carnutes, attestée par César dans La guerre des Gaules, se tenait à l’époque de Beltaine. Lors du rituel de printemps chez les druides, le Hérault annonce: « Dame Korridwen désire présenter la plante symbolique » et elle présente une touffe de trèfle. Le grand druide (Pendragon) répond: « Nous remercions pour ce présent qui signifie le vivant pouvoir des trois rais de lumière…Que le feu du printemps encercle toute la terre » ( Michel RAOULT, que j’ai eu le plaisir de rencontrer à Dinard, dans sa thèse sur les rites druidiques a parfaitement décrit le rituel).

Dans les siècles passés, cette frénésie de la célébration de l’énergie vitale donnait lieu, parmi les jeunes gens, à des rites champêtres et à des jeux propres à leur âge… Sous prétexte de cueillir l’aubépine, on les envoyait dans les bois et les prés où ils passaient la nuit en jeux amoureux. On appelait ça « Faire le Mai », et comme le dit la sagesse populaire: « y-a pas d’mal à faire le mai ! ». Il y avait également des rites de passages à l’âge adulte pour les adolescents. L’église fete-arbre-liberte-300x236chrétienne, surtout catholique, qui n’aime pas beaucoup que les garçons et les filles s’aperçoivent très tôt qu’ils sont faits les unes pour les autres (et lycée de Versailles) jugeant ces pratiques scandaleuses tenta de les éradiquer en faisant du mois de Mai le mois de Marie, obligeant ainsi à remplacer un hymne à la Vie par une célébration de la virginité et de la chasteté… C’est-y pas malheureux ! La République elle, en a fait l’arbre de la liberté dont il subsiste encore quelques restes ici ou là. Lors de la nuit du premier mai, le peuple évitait les lieux « fréquentés » par les fées et autres créatures du Petit Peuple parce que le voile entre leur monde et le nôtre est plus fin lors de la nuit de Beltaine, c’est d’ailleurs la même chose pour la Samain à qui l’on doit sans doute halloween.

Allez voila, maintenant, tous à la manif et au grand mitingue comme disait l’autre. C’est sympa d’être passé un jour férié, portez vous bien et à demain peut-être.

PS: oui, le jeu de mots dans le titre est vraiment nul.

 

Doucement les basses…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de l’Amérique profonde et du Breizh Cola light réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 30 avril 2016, onzième jour de Floréal dédié à la rhubarbe. Autant dire que c’est la fin du mois. Mais c’est aussi, depuis 2011, la Journée internationale du jazz. Après Paris en 2015 la ville hôte du Concert All-Star Global est Washington; ce qui me donne l’occasion d’évoquer un contre bassiste exceptionnel.

Percy Heath, né le 30 avril 1923 à Wilmington en Caroline du Nord aux États-Unis et décédé le 28 avril 2005 à Southampton aux États-Unis, est un musicien de jazz américain. Il fut contrebassiste du célébrissime Modern Jazz Quartet. Il a joué avec les Géants (Dizzy Gillespie, Miles Davis) mais aussi avec ses frères Albert « Tootie » Heath (batterie) et 260px-Percy_HeathJimmy Heath (saxophone ténor). Il est présent sur le célèbre album de Wes Montgomery, The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, aux côtés de Tommy Flanagan (piano) et de son frère Albert. Il demeurait à Montauk (Long Island), était un pêcheur averti (son bateau le « Bass Finder  » : jeu de mots puisque « bass » est aussi un poisson en anglais) était connu de tous les amateurs de turbots (« fluke »)? Sa contrebasse avait été trouvée à Berlin par son ami Pierre Michelot qui après l’avoir essayée, a téléphoné à Percy en lui suggérant fortement de l’acheter. Percy accepta et ce fut toujours son instrument avec les restaurations dues à une vénérable dame. Il a également composé quelques morceaux dont « Watergate Blues ».

Percy Heath grandit à Philadelphie dans une famille de musiciens et après avoir étudié le violon durant sa scolarité il s’inscrit à la Granoff School of Music. Il fait ses débuts musicaux à New York, avec son frère saxophoniste Jimmy dans la formation du trompettiste Howard McGhee à la fin des années 40. Durant quelques années il accompagne régulièrement les musiciens de jazz de la génération Be bop, les percy-heathtrompettistes Miles Davis, Dizzy Gillespie, Fats Navarro et Clifford Brown, le tromboniste Jay Jay Johnson, le saxophoniste alto Charlie Parker, les pianistes Thelonious Monk et Horace Silver, etc. En 1951, il remplace le contrebassiste Ray Brown dans la formation du vibraphoniste Milt Jackson qui devient l’année suivante le définitif Modern jazz Quartet. Une dissolution temporaire du MJQ en 1974 lui donne l’occasion de monter un quartet avec ses frères Jimmy et Albert, accompagnés par le pianiste Stanley Cowell. En 1975 Percy Heath accompagne la chanteuse Sarah Vaughan et reprend sa place de contrebassiste lorsque le MJQ se reconstitue en 1981. Avec le temps, il est évident que son jeu, tout en finesse, en fluidité et en précision, fait de Percy Heath un membre indispensable de cette formation légendaire.

Sur ce, portez vous bien et à demain peut-être dans la manif…

44 in Breizh…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la basse-Bretagne et de l’artichaut vinaigrette réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 29 Avril 2016 qui correspond au 10è jour de Besné-44-Chapelle-St-Second1floréal dans le calendrier républicain, jour dédié au râteau. Mon secrétariat me prie de vous rappeler que c’est la fête aux Sekondell, originaire de Nantes au 6e siècle, disciple de Friard, ermites tous deux près de Besné (44). Saviez vous que Besné vient du breton « bez-enez » (l’île du tombeau). Ici, la chapelle St-Sekondell à Besné. Loire-Atlantique en Bretagne comme dit l’autre…

Sans transition.

 
C‘est bien connu, nos amis belges sont capables du meilleur comme du meilleur (j’veux me fâcher avec personne) les meilleurs chanteurs: tootsBrel, Arno, Mauranne… Le meilleur waterzoï, les meilleures bières: Gueuze, Trappiste…Le meilleur système politique, euh non, la ils ne sont pas au top. Mais savez vous, une fois, qu’ils ont aussi produit  quelques uns des meilleurs jazzmen de la planète. Voici quelques mots sur l’un d’entre eux: Toots Thielemans est un nom que l’histoire de la musique, et du jazz en particulier, a accroché depuis longtemps au rayon des légendes. Né à Bruxelles en 1922, Toots thielemans découvre le jazz durant l’occupation allemande et Django Reinhardt devient alors son idole.

Guitariste, siffleur, harmoniciste, il rejoint la tournée européenne de Benny Goodman en 1950. Par la suite, c’est aux Etats-Unis qu’il Toots 2commence à se faire un nom dans le Charlie Parker’s All Stars ou le quintet de George Shearing. Voici une vidéo qui le montre en compagnie de David Sandborn. Il parvient à créer un style, son style, et à donner à l’harmonica une place majeure sur la scène jazz. Sa carrière décolle et Toots Thielemans est demandé par un grand nombre de musiciens. Sur scène ou en studio, il accompagnera Ella Fitzgerald, Quincy Jones, Jaco Pastorius en encore Bill Evans. Quincy Jones dit de lui « Je peux dire sans hésitation que Toots est un des plus grands musiciens de notre temps. Nous avons travaillé ensemble un nombre de fois incalculable. C’est quelqu’un qui sait vous toucher au cœur et vous faire pleurer. » Bel hommage, non !

Bon, c’est pas tout, le jardin m’attend et je n’aime pas faire attendre… Cela fait bien deux jours qu’il n’a pas plu et les paysans commencent déjà à se demander si il n’y a pas quelques subventions à gratter, because sécheresse… Et la sécheresse, c’est terrible, ça pousse à la boisson; c’est pas les belges qui me démentiront. Allez, demain, si vous êtes fidèles au rendez vous, vous pourrez lire le 2520è billet des « cénobites tranquilles » espace d’humeur et d’humour, faut-il le rappeler. En attendant portez vous bien.

Apollon, pollon et demi…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis de la métempsychose et des œufs en meurette réunis, bonjour ! Nous voici le Jeudi 28 avril 2016, neuvième jour de Floréal dédié à la Hyacinthe; excepté en Bretagne où l’on fête les Loudiern. Déclinaisons du prénom breton : Louziern – Louthiern, saint irlandais, il aurait évangélisé la région d’Alet. « Lou », en celte, signifie lumière, et « thiern » signifie chef.  

Mais revenons à notre hyacinthe. Pourquoi dit-on LA alors que Hyacinthe était un beau jeune homme qui fut aimé d’Apollon et de Zéphyr ? Mais comme dit l’autre, les histoires d’amour finissent malmort de hyacinthe, surtout chez les dieux et  particulièrement ceux du stade… Oyez, gens d’ici, la belle histoire de ces divins amants. Alors qu’Apollon lui apprend à lancer le disque, Hyacinthe est accidentellement (ou à cause de Zéphyr, selon la version) frappé à la tempe par le disque, et meurt. De son sang naissent des fleurs qu’on appelle Jacinthe, d’après le nom du jeune homme, qui ne sont probablement pas des jacinthes mais plutôt des iris; mais bon, on va pas chipoter. Voyez cette représentation de la mort de Hyacinthe par Jean de Broc. C’est-y pas mignon ça, madame Michu. Ah, on se prenait pas la tête avec le-mariage-pour-tous à cette époque là…

 
Aucune représentation antique connue ne montre Hyacinthe et Apollon ensemble , à l’exception peut-être d’une coupe du peintre Akestorides akestorides(460 avant JC), montrant un jeune garçon à califourchon sur un cygne. En revanche, il est souvent représenté dans la céramique attique en compagnie de Zéphyr, soit qu’il soit enlevé par ce dernier, soit que ce dernier pratique un coït intercrural couché. Comme diraient les anti mariage pour tous, les peine-à-jouir, les empêcheurs de s’aimer en rond, les culs serrés: avec des mœurs comme celles là, faut pas s’étonner que la Grèce ait des problèmes.

Allez, passez un bon dimanche, portez vous bien et à demain peut-être.

1er Mai: Piqûre de rappel…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la libre pensée et du Fernet branca réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 27 avril 2016, huitième jour de Floréal dédié au champignon. Le 27 avril 1906, l’assiette au beurre, journal satirique, soutenait à sa manière la revendication de la journée de huit heures. Les « trois huit » comme le montre cette reproduction que l’on doit à l’affichiste Grandjouan.

Puisque nous approchons du 1er mai, rafraichissons un peu nos mémoires. Le samedi 1er mai 1886, à Chicago : cette date, fixée par Trois huitles syndicats américains et le journal anarchiste « The Alarm » afin d’organiser un mouvement revendicatif pour la journée de 8 heures, aura des conséquences inattendue pour la classe ouvrière internationale. La grève, suivie par 340 000 salariés, paralyse près de 12 000 usines à travers les USA. Le mouvement se poursuit les jours suivants. Le 3 mai, le meeting qui se tient près des usines McCormick donne ensuite lieu à des affrontements avec les vigiles privés qui protègent les « briseurs de grève ». La police appelée en renfort tire sur la foule, provoquant la mort de deux ouvriers.

Le 4 mai, tout Chicago est en grève et un grand rassemblement est prévu à Haymarket dans la soirée. Alors que celui-ci se termine, la police charge les derniers manifestants. C’est à ce moment-là qu’une bombe est jetée sur les policiers, qui ripostent en tirant. Le bilan se martyrs chicagosolde par une douzaine de morts, dont sept policiers. Cela déclenche l’hystérie de la presse bourgeoise et la proclamation de la loi martiale. La police arrête huit anarchistes, dont deux seulement étaient présents au moment de l’explosion. Mais qu’importe leur innocence ; un procès, commencé le 21 juin 1886, se clôt le 20 août par sept condamnations à mort. Malgré la mobilisation internationale, quatre seront pendus le 11 novembre 1887 (Louis Lingg s’étant suicidé la veille, dans sa cellule). Trois ans plus tard, en juillet 1889, le congrès de l’Internationale Socialiste réuni à Paris, décidera de consacrer chaque année la date du 1er mai : journée de lutte à travers le monde.

Le « 1er mai » sera d’abord récupéré par les bolchéviques, puis par les nazis, et enfin par le régime de Vichy (en France), qui transformera la fête des travailleurs en « Fête du travail », sans jamais réussir totalement à lui enlever son origine libertaire. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Les leçons de l’histoire…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis des mystères de l’Ouest et du crabe mayo réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 26 avril 2016, 7è jour de Floréal dédié au Muguet. Hier on se souvenait avec émotion d’un certain 25 avril au Portugal. Aujourd’hui ayons une pensée pour ce 26 avril 1937 au pays Basque Espagnol, plus précisément à Guernica. Je pense aussi aux copains asturiens. Les asturiens ont construit leur nation à peu de chose près en même temps que les bretons armoricains essayaient de faire quelque chose de leur péninsule. Quelques décennies avant que Nominoë ne rassemble la Bretagne, en Asturies c’est Pelayo qui devenait le premier roi. D’où la célèbre expression qui a depuis fait le tour du monde: « Ah, te voila toi, Pelayo ! »

Le bombardement de Guernica, le lundi 26 avril 1937, fut un événement majeur de la guerre d’Espagne, qui contribua à internationaliser la médiatisation du conflit, par l’intermédiaire notamment du célèbre tableau de Pablo Picasso représentant la scène. En raison de l’apparente faible valeur stratégique militaire que  Guernica 1représentait la ville et de l’énorme disproportion entre les capacités de riposte des défenseurs et la violence de l’attaque, ce bombardement a souvent été considéré comme un des premiers raids de l’histoire de l’aviation militaire moderne sur une population civile sans défense, et dénoncé pour cela comme un acte terroriste.

Cependant, d’après certains historiens, Guernica aurait été un objectif militaire de première importance. Pío Moa affirme que trois bataillons (7.000 hommes) des forces républicaines y stationnaient le jour du bombardement. Le lundi 26 avril 1937, jour de marché, quatre escadrilles de Junkers de la Légion Condor allemande ainsi que avions nazisl’escadrille VB 88 de bombardement expérimental (composée de Heinkel et de Dornier ), escortées par des bombardiers italiens (Savoia-Marchetti SM.79) et des avions de chasse allemands (Messerschmitt), procèdent au bombardement de la ville afin de tester leurs nouvelles armes. L’attaque commence à 16h30, aux bombes explosives puis à la mitrailleuse et enfin aux bombes incendiaires. Après avoir lâché quelques 50 tonnes de bombes incendiaires, les derniers avions quittent le ciel de Guernica vers 19h45. Après le massacre, 20% de la ville était en flammes, et l’aide des pompiers s’avérant inefficace, le feu se propagea à 70% des habitations.

Depuis, les controverses ne se sont jamais vraiment éteintes. Responsabilité unique des nazis de la légion Condor commandée par Von Richthofen de sinistre mémoire ou complicité de Franco. Les historiens estiment le nombre de victimes entre quelques centaines et 1937-guernica-300x209quelques milliers… Macabre comptabilité qui n’enlève rien à la force du symbole. Avec mon pote asturo-espagnol, nous sommes tombé d’accord sur le fait que si Franco est bien mort, le franquisme lui, il bande encore. Les nostalgiques sont là, guettant les faiblesses de nos démocraties et prêts à ressortir les griffes. Toujours les crises ont servi de révélateurs aux forces de l’extrême-droite. Chez nous aujourd’hui, ce sont les débats, dits sociétaux, qui les voient s’afficher de plus en plus ouvertement aux côtés des droites traditionnelles. Regardez le résultat des dernières élections en Autriche: dimanche le candidat du Parti libéral ( c’est leur FN à eux) Norbert Hofer, a recueilli 36,4 % des voix, obtenant le meilleur résultat de cette formation d’extrême droite depuis la seconde guerre mondiale à une élection nationale. Résultat, il vire en tête en éliminant les partis traditionnels. Rendez-vous dans un an…

Allez, haut les cœurs, portez vous bien et à demain peut-être.