Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste Sunnyland Slim

    Sunnyland Slim

  • Image de l'artiste Léda Rafanelli

    Léda Rafanelli

  • Image de l'artiste Joséphin Peladan

    Joséphin Peladan

  • Image de l'artiste Pic de la Mirandole

    Pic de la Mirandole

  • Image de l'artiste Louise MICHEL

    Louise MICHEL

C’est nous les canuts…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’alexandrin et de la saucisse de Molène réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 25 mai 2017, sixième jour de prairial, dédié à la mélisse. Si vous trouvez l’actualité particulièrement indigeste, je wiskvous recommande expressément la tisane de mélisse. Mon aïeule, pour qui l’herboristerie n’avait aucun secret, faisait bouillir deux branches de mélisse dans un litre d’eau et laissait infuser. Pour ma part, j’avoue que ma préférence va plutôt à un vieux whisky d’Ecosse. Cela me remet en mémoire le fameux pangramme de Georges Perec : Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume. C’est une phrase qui permet d’utiliser toutes les lettres de l’alphabet, l’exercice est amusant, et par ailleurs, c’est un alexandrin.

Ainsi donc, Ferrand s’est fait ferrer par notre volatile enchaîné. Il aurait traficoté avec sa compagne pour le bien des Mutuelles de Bretagne et embauché son fiston à ses côtés à l’Assemblée. Comment le bonhomme se justifie t-il ? Et bien, il semblerait que le petit Emile ait « bien rédigé la lettre d’information de son député de père, géré son blog, son compte Facebook et lui a même réservé ses billets de train.» Des tâches qui nécessitent vmédiocratieisiblement des compétences rares dans la région. « Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne. Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur Internet… », explique le cabinet du ministre à France-info. Il est vrai que quelques mois plus tôt, son mentor, devenu depuis Président de la République avait considéré que parmi les ouvrières de l’abattoir Gad (29), à ce moment là en lutte pour éviter la fermeture: « Dans les sociétés qui me sont données, sur les dossiers que j’ai, il y a la société Gad. Vous savez ? Cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes et qui sont, pour beaucoup, illettrées.»

Voilà comment sont les princes qui nous gouvernent; emplis de cette morgue parisienne qui les caractérise et qui feignent de s’étonner que leurs électeurs fuient vers d’autres horizons. Cette oligarchie, comme dit M. Le Pen ou encore l’establishment comme disait son père, ne se démarque plus par une idéologie de classe mais bien par l’appartenance à une même caste de privilégiés se payant (grassement) sur la bête. Oui, nous sommes les Canuts des temps modernes et, on vient d’en reprendre pour cinq ans.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien, à bientôt peut-être et vive le p’tit commerce.

Le blues d’Elmore James…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis de l’Hermétisme et du chocolat Poulain réunis,Colvert bonjour ! Nous sommes le Mercredi 24 mai 2017, cinquième jour de prairialles enfants nantais dédié au canard. Dois-je vous rappeler que le 24 Mai 2017 est en réalité le Samedi 7 Merdre 144 Nativité de M. Plume, propriétaire selon le calendrier de pataphysique. Alors que par ici, certains vont célébrer Donatian & Rogatian, martyrs suppliciés sous l’empereur Maximien à Nantes, vers 288-290, pour n’avoir pas voulu renier leur foi, ils sont appelés les enfants nantais. On attribue au duc de Bretagne, Jean 4, la fondation d’une église de Saint-Donatien et de Saint-Rogatien, au faubourg de Saint-Clément de la ville de Nantes, et l’établissement de 6 chanoines pour y faire le service; mais on se trompe : cette fondation est du duc Jean 3, qui la fit en 1325. Avouez que ça change tout…

L’homme du jour s’appelle Elmore James, il est né à Richland, Mississippi, un 27 janvier en 1918 et a définitivement cessé de jouer de la guitare le 24 mai 1963 à Chicago. Né sur une petite plantation il  partage son temps entre le travail des champs et les juke-joints du James-297x300-gaucheDelta où il joue en compagnie de Robert Johnson et surtout Sonny Boy Williamson. Sa façon de jouer avec une espèce de rage et de chanter d’une voix presque éraillée, en fait une des sonorités les plus excitantes de l’histoire du blues. Il a gravé son premier disque, Dust my broom, sur le petit label Trumpet et rencontré un succès immédiat. A partir de ce moment il va enregistrer massivement, une œuvre un peu chaotique dont beaucoup de morceaux tournés vers le Rythm & Blues des années 50 avec cuivres et la présence de Ike Turner.

A partir de la fin des années cinquante sa popularité est en baisse et c’est le producteur Bobby Robinson qui va le remettre en selle. Il en restera une œuvre magnifique, moderne, sensuelle et agressive avec James-droitedes compositions extraordinaires comme Shy is crying ou Every day i have the blues, (ici en vidéo) cette dernière prend place parmi les plus grands moments du blues d’après-guerre. Il est décédé d’une crise cardiaque alors qu’il préparait une tournée européenne. Je crois savoir que son fils, Elmore James Jr a repris le flambeau. Sources: la grande encyclopédie du blues de Gérard Herzaft chez Fayard.

Allez, c’est vraiment très sympa à vous de passer par ici de temps en temps. Portez vous bien et, à demain peut-être.

Angélique et le roc à Bily…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

Amis de la musicothérapie et du biniou bras réunis, bonjour ! C’est à angéliquen’y pas croire, nous sommes le Mardi 23 mai 2017, quatrième jour de prairial dédié à l’angélique (pas la marquise, la fleur). On l’appelle aussi l’herbe aux anges car elle avait la réputation d’être efficace contre les maléfices et autres envoûtements. Elle est encore cultivée dans certains endroits notamment du côté de Niort (région Poitou-Charentes chère à Ségolène) pour en faire des fruits confits, on en retrouve souvent dans les cakes. Attention de ne pas la confondre avec une proche parente, la cigüe…

Après les anges, les saints.

En Bretagne il est un saint que l’on nomme BILY fêté le 23 mai, et qui n’a rien à voir avec the kid… Néanmoins, Bily (840-915) est un personnage qui mériterait d’être mieux connu. Il fait partie de la grande famille des saints céphalophores (représentés tenant leur propre tête dans leurs mains) Il est originaire des environs de Redon. Alors qu’il était diacre à Aleth (St Malo), Bily a entrepris de rédiger une nouvellesaint-bily-plaudren vie de saint Malo. Il s’est inspiré d’une première vie de celui-ci endommagée (du début du IXe siècle) et des récits plus ou moins fantastiques des pèlerins. À la fin de son ouvrage, Bily raconte l’épisode des oies de Saint-Pol-de-Léon. Deux prêtres, l’un de St-Pol, l’autre de St-Malo, partirent chasser les oies dans les champs de Saint-Pol-de-Léon. Ils ne purent en attraper qu’en invoquant saint Malo. A la suite de cet événement, l’évêque Clotuuoion de St-Pol décida que saint Malo devait être fêté dans son évêché. Avec Bily, il est possible qu’on touche du doigt l’origine du Tro Breizh cette procession qui se déroule sur les traces des sept saints fondateurs de la Bretagne. Au Moyen-Age, le tour de Bretagne ou Tro Breizh désignait le pèlerinage en l’honneur des Sept Saints Fondateurs de la Bretagne. Le pèlerin allait s’incliner sur les tombeaux des évêques fondateurs: Brieuc et Malo dans leur ville respective, Samson à Dol-de-Bretagne, Patern à Vannes, Corentin à Quimper, Pol Aurélien à Saint-Pol-de-Léon et Tugdual à Tréguier. C’est une sorte de voyage à la Mecque à la mode bretonne. La légende dit que tout Breton qui fait le Tro Breizh est certain de gagner le Paradis. Elle ne parle pas des 70 vierges ! Et mon aïeule rajoutait: Par contre, ceux qui ne le font pas de leur  vivant devront le faire après leur mort en avançant chaque année de la longueur de leur cercueil ! tro breizhL’éternité c’est long, surtout vers la fin… Depuis quelques années la pérégrination reprend de plus belle animée par des intégristes de tout poil style « la manif pour tous » version BZH. En fait, les véritables fondateurs de la Bretagne sont davantage la coopérative de Landerneau, Ouest-Eclair  et le bas clergé mais cela, c’est une autre histoire que je vous conterai un jour… Plus tard, Bily sera nommé évêque de Vannes. Dom Plaine rapporte dans sa vie de saint Malo (1885) qu’en tant qu’évêque de Vannes, Bily aurait incité un certain Menobred à aller récupérer les reliques de saint Malo restées en Saintonge. On pense que Bily a été tué par les Normands (et non pas par Pat Garrett contrairement à ce que nous fait croire Sam Peckinpah dans son célèbre film) en 915 près du calvaire de la chapelle, ce qui en fait un évêque-martyr. A gauche, la chapelle de St Bily, la légende veut que le saint aurait marcher jusqu’ici la tête entre les mains après sa décapitation.

Allez, voila pour aujourd’hui, portez vous bien, à demain peut-être et vive le p’tit commerce.

Budoc, je suis ton père…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’épanaphore* et de la rôtisserie française réunies, bonjour ! *exemple: le fameux « Ni dieu, ni maître » cher à ce vieux Blanqui est une épanaphore; à ne pas confondre avec l’anaphore remis au goût du jour par François Hollande lors de son débat face à Sarkozy, il y a longtemps, longtemps, longtemps…

Nous sommes le Lundi 22 mai 2017, c’est dire si Juin arrive à grand pas, troisième jour de Prairial dédié au trèfle. On dit que celui qui a quatre feuilles est censé porté bonheur… Pour les puristes, il convient de préciser qu’en fait il s’agit de la même feuille qui présente quatre ori-autocollant-triskell-multicolore-02-673folioles; ceci étant dû à une mutation relativement rare du trèfle blanc.  C’est aussi un symbole courant pour représenter l’Irlande : la tradition veut que saint Patrick, le patron de l’île, se soit servi de la feuille de trèfle pour illustrer le mystère de la Trinité. On peut aussi remarquer que les folioles de la plante évoquent le symbole celte à trois branches spiralées appelé triskell ( à ne pas confondre avec le Hand spinner appelé à disparaître). A propos de celtitude, hand spinneraujourd’hui par chez nous, on célèbre les Hoel: Ce nom a été porté par plusieurs seigneurs bretons, parmi lesquels l’époux d’Azénor (Enori) et père de Beuzec (6e siècle), et un duc de Bretagne (1066-1084). Son correspondant gallois, Hywel, fut porté par un prince du Xe siècle, Hywel Dda, compilateur de lois galloises, et par le poète et guerrier Hywel ab Owain Gwynedd, mort en 1170.

Hoël n’a pas encore bénéficié, en France, de la mode des prénoms dits  » bretons « . Il est même très peu connu en Armorique où, cependant, il fut porté, à la fin du XIe siècle par le premier duc de Bretagne de la maison de Cornouaille. Hoël est également le nom d’un roi légendaire, père d’Iseut aux blanches mains, dans le cycle de Tristan. Hoël est, lui aussi, l’objet d’étonnantes légendes. Roi du Goelo, il aurait fait jeter à Darkla mer, dans un tonneau, sa femme Azenor accusée d’adultère; elle y aurait donné naissance à leur fils, le futur Budoc. Mais, vous le savez, dans les contes, les histoires d’amour finissent bien et, bien plus tard, pris de remords, le prince de Léon et le comte de Goëllo se mirent à rechercher Azénor, sans repos.  Un jour enfin, en Irlande, le père se retrouve face à un garçonnet blond comme les blés, aux yeux bleus, identiques à ceux qui illuminaient le doux visage d’Azénor. Budoc, son fils, était en face de lui. D’où la célèbre phrase honteusement pompée par George Lucas et reprise dans Star Wars: « Budoc, je suis ton père… »

Allez, merci de votre visite, revenez quand vous voulez, portez vous bien, à bientôt peut-être et vive le p’tit commerce.

All that meat and no potatoes…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis du bas de laine et de l’armoire normande réunis, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 21 Mai 2017 et, mon p’tit calendrier républicainHémérocalle m’indique que le 21 mai, deuxième jour de prairial, est généralement dédié à l’hémérocalle… Avouez que c’est une chance, Fabre d’Eglantine, l’un des inspirateurs, aurait pu choisir le pissenlit ou le coquelicot et bien non; le choix s’est porté sur l’hémérocalle mais je serai bien ennuyé s’il fallait vous dire pourquoi. Outre le fait qu’il s’agit d’une très jolie fleur et que certains cuisiniers téméraires la mélangent à leurs salades, je n’ai pas la moindre idée de ce qui a présidé à un tel choix. A la vérité, il me manquait une dizaine de lignes pour compléter ce billet, voilà qui est chose faite.

Les cénobites tranquilles ne pouvaient passer sous silence le jour anniversaire de la naissance de Fats Waller l’un des plus grands pianistes de jazz que la Virginie est connu. Thomas Wright Waller naît le 21 mai 1904 dans le quartier de  Harlem à New York (États-Unis). Son père, le prêcheur baptiste Edward Waller, lui enseigne dans sa Waller Gjeunesse, dès six ans, quelques rudiments d’orgue à l’église et de piano à la maison. Il pense alors faire du garçon son successeur à la chaire dominicale. Mais, Fats préfère le swing des pianos bars à celui du gospel. Tout en jouant avec un sens du swing et une dextérité incroyable, « Fats » Waller régale le public de ses histoires ; ses performances qui le distinguent des autres pianistes attirent les foules qui le considèrent davantage comme un amuseur que le musicien surdoué qu’il est vraiment. Ecoutez « All That Meat And No Potatoes ». Boulimique de la vie (enregistrements, tournées, bouffe, boisson), Thomas « Fats » Waller est au fond de lui désabusé de n’être pas pris au sérieux et de ne pas être considéré comme un vrai jazzman. La tournée californienne de 1943 est la dernière.

Tombé malade durant un concert au club Zanzibar Room à Hollywood, le pianiste meurt d’une pneumonie dans le train qui le ramène de Santa Fé à New York, en gare de Kansas City, le15 décembre 1943. On fats-waller-al-capone-fb-shareraconte qu’un jour, Fats Waller fut kidnappé par quatre  gangsters sous la menace de leurs armes et jeté dans une limousine. Étant noir et ses ravisseurs blancs, Fats était terrorisé. On l’emmena à une réception où on le fit s’asseoir au piano. Fats Waller était le cadeau d’anniversaire fait à Al Capone par ses hommes. Capone lui servit du champagne et remplissait ses poches de billets à chaque fois qu’il lui jouait un air à sa demande. Fats rentra chez lui au bout de 3 jours avec une gueule de bois et les poches remplies de billets… Quelle époque madame Michu!

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

Louise, André, Maria et les autres…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis du matérialisme historique et du cachou Lajaunie réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 20 Mai 2017, premier jour de Prairial dédié à la luzerne. Le mois de prairial était le neuvième mois du calendrier républicain français. Il correspondait, à quelques jours près (selon l’année), à la période allant du 20 mai au 18 juin du calendrier Prairial-190x300grégorien. Il tirait son nom « de la fécondité riante & de la récolte des prairies de mai en juin », selon les termes du rapport présenté à la Convention nationale le 3 brumaire an II (24 octobre 1793) par Fabre d’Églantine, au nom de la « commission chargée de la confection du calendrier ». Quel poète ce Fabre… Et c’est donc le jour de la luzerne, nommée aussi le sainfoin (celui là n’aura pas sa statue à Carnoët) très appréciée par nos amis les bêtes, il parait que c’est plein de protéine et de carotène. Par ailleurs, un ami écolo me demande de préciser que la luzerne déshydratée remplace avantageusement les tourteaux de soja importés et aux origines douteuses (OGM), voila, j’ai fait ma b.a.

Le 20 mai 1900, mort d’André LEO (pseudonyme de Léodile BERA, veuve CHAMPSEIX), à St-Maurice. Ecrivaine, journaliste, militante féministe, membre de l’Internationale et bien sûr, communarde. Elle naît le 18 août 1824, à Lusignan (dép. de la Vienne) dans un milieu bourgeois. Vers 1849, elle se lie avec Grégoire Champseix, un brillant journaliste qui, condamné à plusieurs mois de prison en 1849, vit enAndré Léo exil en Suisse. Le mariage a lieu à Lausanne en 1851 et en 1853 Léodile donne naissance à des jumeaux : André et Léo. C’est vers1860 qu’elle commence sa carrière littéraire avec son roman « La vieille fille » puis « Un mariage scandaleux » qu’elle auto-éditera à Paris. Après la mort de son mari le 4 décembre 1863, elle s’engage plus avant dans la littérature et la lutte sociale, éducative et féministe. En 1868, elle intervient aux côtés de Paule Mink pour défendre la condition féminine dans les assemblées ouvrières, rencontre Benoît Malon avec qui elle va vivre à partir de 1872, en union libre, et adhère à « Ligue de la Paix et de la Liberté ».

Très liée à Noémie Reclus, c’est chez elle, en 1869, qu’est créée la « Société (mixte) de revendication des droits de la femme ». En compagnie de Maria Deraisme, créatrice de l’ordre maçonnique « Le droit Humain ». En mai 1870, elle soutient Malon emprisonné à Mazas et, le 4 septembre, elle est dans la rue avec Louise Michel lorsque la République est proclamée. Elle s’occupe ensuite de l’aide aux déshérités, notamment les femmes, puis devient début 1871 rédactrice le droit humainà « La République des travailleurs », organe de l’Internationale. Elle rentre à Paris début avril pour prendre part à la Commune. Elle collabore à divers journaux, en particulier au « Cri du peuple ». Après son appel « Au Travailleur des campagnes » puis « Toutes avec tous », où elle tente de faire accepter les femmes parmi les révolutionnaires, elle s’investit dans divers Comités de vigilance d’arrondissements puis à la Commission organisant l’enseignement dans les écoles de filles aux côtés notamment de Noémie Reclus et d’Anna Jaclard. Après la semaine sanglante, elle parvient à quitter la France et à rejoindre Malon en Suisse. Par testament, elle lèguera une petite rente à la première commune de France qui voudra tenter une expérience collectiviste.

Allez, le bonjour vous va; portez vous bien, à bientôt peut-être et, vive le p’tit commerce…

Bouvard & Pécuchet…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Nous sommes donc le Vendredi 19 mai 2017, Zant Erwan evel just, mais c’est aussi, je sais que vous l’attendez, le 30 de Floréal, jour habituellement consacré à la houlette dans le calendrier républicain. Le premier qui dit houlette russe est à l’amende. La houlette donc est cehoulette fameux bâton de berger (pas le saucisson) appelé aussi crosse. D’ailleurs il est symbolisé par la crosse que porte les évêques pour rappeler qu’ils sont pâtres au milieu de leur troupeau. « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi, ta houlette et ton bâton me rassurent. » (Livre 19. Psaume 23:4). Encore qu’il ne convienne pas de confondre le pâtre et le berger. Le premier menant toutes sortes de bête à pâture alors que l’autre ne s’occupe que des ovins. Etonnant non ! C’est encore, et depuis plus longtemps, le Heq que porte Osiris accompagné du fouet.

Expliquez moi pourquoi les républicains ont jugé bon de le mettre dans leur calendrier… Toujours est-il que l’expression est restée dans le langage populaire: Telle activité se déroule sous la houlette de… Mais, là encore, n’en profitez pas pour confondre l’égide et la houlette. Par exemple, les interventions des occidentaux pour chasser terroristes et méchants dictateurs et les remplacer par leur démocrassie se déroulent la plupart du temps sous l’égide de l’ONU mais régulièrement sous la houlette de l’OTAN. Ainsi vont les choses de la vie: on entretient le flou, l’ambiguïté, on confond aisément le vrai et le faux. Tenez, longtemps le Sous_légide_de_Marspetit peuple a cru que les socialistes étaient de gauche et que la transition énergétique consistait à remplacer la vieille gazinière par un four à micro ondes. Mais revenons à notre égide. Ceux qui ont fait un peu de Grec ancien dans leurs tendres années se rappellent peut-être que le mot est tiré de aigís qui signifie peau de chèvre. Nous voilà bien avancé… En quoi être placé sous une peau de chèvre pourrait-il bien nous être d’un quelconque secours? C’est la mythologie qui nous donne l’explication tant attendue. Quand il était petit, Zeus se nourrissait du lait d’une chèvre portant le doux nom d’Amalthée. Quand l’animal mourut, Zeus récupéra sa peau et l’ajouta au puissant bouclier qu’Héphaïstos lui avait forgé. Notez bien que son égide, Zeus ne s’en sert pas uniquement pour se protéger… Il lui suffit de le secouer un peu pour déchaîner les éléments et semer la terreur chez les pauvres Humains. L’Illiade nous présente d’ailleurs un petit aperçu de la puissance du maître des Dieux:

    « Un jour viendra où périront et la sainte Ilion
    Et Priam et le peuple de Priam, le bon lancier,
    Et où Zeus, le Cronide, ce grand prince de l’éther,
    Outré de cette félonie, agitera sur tous
    Sa sombre égide. »

Hopala Chapalain, comme disait mon aïeule, c’est pas parce que c’est la saint Erwan qu’il faut se croire autoriser à pérorer comme Pécuchet dans un diner en ville. Allez, merci de votre indulgence, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le gwen ha du en jaune et vert…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de l’Eutonologie et du boudin aux pommes réunis, bonjour !  Nous sommes le Jeudi (diryaou e brezonheg) 18 mai 2017, 29è jour de Floréal et c’est le jour du sénevé. On devrait cultiver bien davantage 300px-Yellow_mustard_flowercette plante en Bretagne car on dit que c’est un excellent piège à nitrates. On voit de plus en plus souvent ses fleurs jaunes en bordure de champ et, sachez qu’on la nomme aussi la moutarde blanche bien qu’ici elle serve surtout de fourrage. Ce sont ses graines qui sont utilisées pour confectionner le condiment qui est à la galette-saucisse ce que le ketchup est au hamburger…

Fleurs jaunes d’un côté, marées vertes de l’autre. plus de 1.500 tonnes d’algues ont déjà été ramassées dans la baie de Saint-Michel-en-Grève depuis le début de l’année. Un tapis d’algues recouvre déjà une grande partie des plages du nord de la Bretagne, comme dans les Côtes-d’Armor. Cette année, le phénomène est particulièrement précoce et ces marées vertes sont déjà de retour en ce début du mois de mai. La chaleur et la lumière du printemps ont accéléré leur croissance. Chaque matin, l’on assiste sur les plages concernées à un ballet de pelleteuses venant ramasser la pellicule verte qui est venue se déposer au moment de la marée. Si on les laisse s’accumuler, ces algues vont pourrir et FIN501-4colproduire de l’hydrogène sulfuré qui, en grande quantité, peut s’avérer très dangereux pour les hommes et les animaux. Fort heureusement, Nicolas Hulot est arrivé et donc, ipso facto, tout devrait rentrer dans l’ordre. Observez comme la politique est une étrange chose. Une figure tutélaire de l’écologisme pour préparer la transition énergétique, sous la responsabilité d’un Premier Ministre, ancien de chez Areva et donc (sans doute) pro nucléaire…

Mais fort heureusement, mon secrétariat me fait remarquer queStatue_of_St_Carannog_Llangrannog_Wales-181x300aujourd’hui, on célèbre les Karanteg. C’était un abbé Gallois, fondateur de l’église de Llangranog, Cardiganshire, Pays de Galles (ici à gauche, sa statue). On dit qu’il a mené un groupe de moines qui ont évangélisé la Cornouailles centrale, et a émigré de là en Armorique, où il est fortement vénéré sous le nom de Karanteg d’où les communes de Carantec et Tregarantec. On dit aussi que  son père était Corun, le fils du grand Ceredig , qui a donné le nom du comté de Ceredigion (pays de Galles). M’étonnerait pas qu’il donne un coup de main au petit Nicolas pour éradiquer cette saleté de nos plages.

 

Allez, je m’arrête là, le jeudi j’ai piscine. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

En attendant Godot…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’hypallage et de la salade de pissenlits réunies, bonjour ! Avez vous noté que nous sommes déjà le Mercredi 17 mai 2017, 28è jour de Floréal et, je ne vous le cacherai pas plus longtemps, c’est le jour de la Buglosse… Plante herbacée de la famille des Boraginaceae ce qui, vous buglosse-300x256l’avouerez n’est pas commun. Cela fait partie des mystères du calendrier républicain qui reste pour moi source d’émerveillement autant que les noms donnés aux figures de rhétorique tel l’hypallage. Mais, revenons à notre Buglosse; les feuilles sont très consommées en Italie et en Irlande et aussi en salade (ça c’est de l’hypallage). Il ne faut pas hésiter à les cueillir : quand la tige est brisée, la plante trouve les moyens de se reproduire et de subsister et émet de nouvelles tiges. La racine, comme celle de la consoude, se régénère une fois coupée (attention donc si vous en plantez dans le jardin : elle peut devenir envahissante).

En attendant Godot…

Nous avons donc un nouveau Premier Ministre qui répond au joli prénom d’Edouard. Vous, je ne sais pas mais moi je n’ai pas gardé un souvenir impérissable du dernier locataire de Matignon à s’être prénommé Edouard. Les cénobites tranquilles a pu se procurer une ébauche de son discours d’investiture que je m’empresse de vous livrer:
« Il faut le combler, ce gouffre effroyable. Eh bien ! Voici la liste des propriétaires français. Choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens ; mais choisissez ; car ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? Allons, ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit. Ramenez l’ordre dans vos finances, la paix et la prospérité dans le royaume (…). Vous reculez d’horreur… Hommes inconséquents ! Hommes Mirabeau-DreuxBrezepusillanimes ! Et ne voyez-vous pas qu’en décrétant la banqueroute, vous vous souillez d’un acte mille fois plus criminel ? (…) Croyez-vous que les milliers, les millions d’hommes qui perdront en un instant, par l’explosion terrible ou par ses contrecoups, tout ce qui faisait la consolation de leur vie, et peut-être leur unique moyen de la sustenter, vous laisseront paisiblement jouir de votre crime ? Contemplateurs stoïques des maux incalculables que cette catastrophe vomira sur la France, impassibles égoïstes, êtes-vous bien sûrs que tant d’hommes sans pain vous laisseront tranquillement savourer les mets dont vous n’avez voulu diminuer ni le nombre ni la délicatesse ? Non : vous périrez.« 

Ma rédactrice en cheffe me prie de rectifier. Celui-ci de discours, est celui par lequel Mirabeau exhorta l’Assemblée constituante, face à la crise, à décider la confiscation d’un quart des plus grandes fortunes (1789). Mais, cornes de bouc…Qu’est-ce qu’on attend ! Allez, merci encore de vos fréquentes visites, portez vous bien et, vive le p’tit commerce.

Du café vous aurez ?

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la trompinette et du ris de veau réunis, bonjour ! Faut-il vous le rappeler, nous sommes le Mardi 16 Mai 2017, 27è jour de Floréal et c’est le jour de la civette; petit mammifère plus proche du blaireau que du chat d’après Buffon mais qui sent comme un putois. Mais c’est abureau-de-tabac-plus-vieux-de-Paris-201x300ussi la St Honoré qui a eu la bonne idée de laisser son nom à ma pâtisserie préférée. Les secrétions des glandes anales de la civette étaient utilisées en pharmacie et dans la fabrication des cigares ou de parfums d’où le nom de nombreux débit de tabac en manque d’imagination (celui-ci en photo est le plus ancien de Paris, il se trouve rue St-Honoré justement et existe toujours depuis 1716). Leur usage remonte à plus de 2 000 ans ; elles avaient la réputation d’être très appréciées de Cléopâtre; il est vrai qu’elle avait du nez… Il existe par ailleurs un café, que les connaisseurs jugent « le meilleur du monde » et qui est récolté dans les excréments d’une civette; le kopi luwak.Oyez son histoire.

La civette consomme en effet les cerises du caféier, digérant leur pulpe mais pas leur noyau, qui se retrouve dans ses excréments. Dans le tube digestif duGourmet-Kopi-Luwak-or-Civet-Coffee Luwak, les sucs gastriques font subir une transformation bénéfique aux arômes des grains de café. Il est produit essentiellement dans l’archipel indonésien, à Sumatra, Java, Bali, Sulawesi, aux Philippines et dans le Timor oriental. Au début du XVIIIe siècle, les Néerlandais créèrent dans leurs colonies des Indes orientales de Java et Sumatra des plantations de café, notamment d’arabica du Yémen et ils interdirent aux fermiers indigènes et à leurs employés de cueillir le café pour leur usage personnel.

Désireux de goûter néanmoins le fameux breuvage, ceux-ci découvrirent que certaines espèces de musang ou luwak (civette palmiste commune) consommaient les fruits des caféiers et rejetaient les graines dans leurs excréments. Ils consommèrent celles-ci Kopi-luwak-cluwak5nettoyées, grillées et moulues. La réputation de ce café de civette atteignit bientôt les propriétaires des plantations, qui en firent leur favori. Il était cher, même à cette époque, du fait de sa rareté et de son processus d’élaboration. Le kopi luwak est le café le plus cher du monde, vendu entre 100 et 600 dollars américains la livre. En avril 2008, la brasserie du grand magasin Peter Jones de Sloane Square (à Londres) a commencé à vendre un mélange de kopi luwak et de Jamaica Blue Mountain sous le nom de Caffe Raro pour 50 livres la tasse. Vive le Brexit ! Le kopi luwak est le café adulé par Edward Cole, interprété par Jack Nicholson, dans le film Sans plus attendre (2007), avant que Carter Chambers, joué par Morgan Freeman, lui révèle sa nature spécifique.

Allez, à déguster sans modération si votre budget vous le permet. Merci d’être passé, portez vous bien, à bientôt peut-être et vive le p’tit commerce.