Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste NORGE

    NORGE

  • Image de l'artiste Gérard de Nerval

    Gérard de Nerval

  • Image de l'artiste Paule MINK

    Paule MINK

  • Image de l'artiste André CLAUDOT

    André CLAUDOT

  • Image de l'artiste Dakota STATON

    Dakota STATON

Destins croisés…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la chirurgie ambulatoire et du pouce-pied mayonnaise réunis, bonjour ! Ce Jeudi 21 janvier 2021 correspond au deuxième jour de sant-erwannPluviôse dans notre calendrier républicain. C’était le jour dédié à la mousse, ce qui, en temps ordinaire, m’aurait conduit à m’en faire couler une petite. Pourquoi pas une Sant Erwann tiens; c’est une bière de haute fermentation produite par la Brasserie de Bretagne. C’est une bière de caractère, assez alcoolisée, composée de sept céréales : orge, blé, avoine, blé noir, épeautre, millet et seigle (cela est souligné par le slogan sur l’étiquette : 7 siècles, 7 céréales, 7 degrés).

Destins croisés…

La vie s’emploie chaque jour à nous proposer des coïncidences parfois drôles, quelquefois dramatiques et toujours surprenantes. Tenez, à priori, quoi de commun entre ces deux hommes: Vladimir Ilitch OulianovLenine-haranguant qui fut relégué par la police du tsar en Sibérie, au bord de la Léna (d’où le surnom Lénine par lequel il se fera dès lors appeler). Et, Eric Arthur Blair qui se fera appeler George Orwell, né d’un père fonctionnaire en charge du commerce de l’opium aux Indes. Et bien, tous deux sont décédés un 21 Janvier et, plus le premier raffermissait le communisme à la mode soviétique, plus le second s’en éloignait. La « Révolution d’Octobre » débouche sur le pouvoir sans partage des bolcheviques (le nom venant de большинство, bolchinstvo, qui signifie « majorité », par opposition aux mencheviks du russe : меньшинство, menchinstvo, « minorité »). Le Bolchevisme deviendra le Communisme et celui-ci cédera la place au Stalinisme, vous connaissez la suite.

De son côté, le jeune Blair découvre très tôt la nécessité de s’engager. Après des études au collège d’Eton, où il découvre le militantisme, il s’engage comme sergent en Birmanie puis vit de petits boulots à Paris et Londres. Il va se battre en Espagne dès 1936 aux côtés des Orwell-anarchistecommunistes dissidents du POUM, il prend conscience de la nature totalitaire du communisme à une époque où les intellectuels de son espèce préféraient en chanter les louanges. À la veille de la seconde guerre mondiale, il est réformé suite à une blessure à la gorge et devient reporter. C’est ainsi qu’il publie en 1945 un petit roman parodique: la Ferme des Animaux. Il s’agit d’une allégorie satirique du communisme qui raconte la prise de pouvoir des animaux dans une ferme, à l’instigation des cochons, et la manière dont ces derniers s’arrogent un pouvoir dictatorial au nom des grands principes : « Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres…» En 1949, son dernier roman, 1984, décrit une société totalitaire sous le regard d’un chef omniprésent, « Big Brother » et chacun de reconnaître le petit père du peuple dans le grand frère du roman – Staline. L’autorité s’exerce par le contrôle de la langue officielle, la novlangue.

Etonnant, non ! Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La possibilité d’une île…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis des stances à Marquise et du maquereau à l’oseille réunis, bonjour ! Nous sommes donc le Mercredi 20 janvier 290px-Daphne_laureola1-150x1502021 et, dans le calendrier républicain, c’est le premier jour de Pluviôse, dédié au Lauréole encore nommé le Daphné lauréole ou Laurier des bois. Daphné du laurier ne doit pas non plus (même dans les diners en ville) être confondu avec Daphné du Maurier, la célèbre romancière à qui nous devons Les oiseaux, mais aussi et peut-être surtout Rebecca magistralement adaptés au cinéma par Hitchcock himself…  Rien à voir avec l’auréole de sainteté que chantait Glenmor.

 

Tiens, à ce propos, je constate qu’aujourd’hui c’est la saint Tarieg (oui je sais, y’en a pas beaucoup par ici). Il naquit en Bretagne (Vè siècle) il en devint évêque après avoir suivi l’enseignement de Gweltaz. Il est le patron de la commune de Lannilis (29) et a laissé son nom à l’île Tariec. Enfin, c’est une île à la mode de Bretagne, on s’y rend à pied à marée basse. Tronçonnée dans la seconde moitié du 19ème siècle à la suite de causes naturelles (aidées par l’extraction du sable par l’homme ?) on distingue ile-tariegaujourd’hui la grande et la petite Tariec. A l’Ouest de l’île, on remarque un petit menhir, sans doute vestige d’un culte solaire. Lorsqu’on pose le menton sur le menhir, on peut voir le soleil se lever le matin du solstice d’été  exactement entre les pieds du dolmen de Guernevez, situé sur le continent. Pour ceux qui ne connaisse pas bien le coin; nous sommes en plein pays des abers entre l’aber Wrac’h et l’aber Benoist. Il s’agit d’une partie de la commune de Landéda, au large de la presqu’île de Sainte-Marguerite. Elle est composée de plusieurs parcelles appartenant à des particuliers. La plus grande partie appartenant à la famille Bihannic de Kerennoc. Les goémoniers possédaient des fours à goémon et y brûlaient le tali (algue brune) pour en faire de la soude. Il y a sur l’île les ruines d’une chapelle qui était entourée d’un cimetière abritant de nombreuses  sépultures de naufragés.

Allez, merci d’être passé, je m’aperçois que je n’ai pas entré assez de bois; j’y retourne. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Propriétaires de tous pays…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME

Amis de la procrastination et du chinchard fumé réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 19 janvier 2021, 30è et dernier jour de nivôse dans le calendrier républicain, officiellement dédié au Crible. Demain débute Pluviôse mais, sans attendre, il pleut sur Brest…

Le Mardi, c’est philo… en distanciel !

Le 30 juin 1840, sortie du livre de Proudhon « Qu’est-ce que la propriété ? ou Recherche sur le principe du droit et du gouvernement ». Ce premier mémoire est dédié à l’Académie de Besançon. Cela provoque un scandale; cette dernière exige le retrait de la dédicace, et somme Proudhon de venir s’expliquer devant elle. « Sachant qu’il existe une quantité finie d’objets appropriables. Un droit de propriété sur ces objets va développer un nombre fini de propriétaires possédants les objets. Plus un propriétaire possède d’objet, plus il est puissant, posséder-Missticplus il peut posséder d’objets. Nous avons donc ici une boucle de rétroaction positive. De plus, plus un propriétaire possède d’objets, moins les autres en possèdent, moins ils sont puissants, donc moins ils peuvent posséder. Nous avons ici une deuxième boucle de rétroaction positive ( Le terme de rétroaction positive est très souvent employé dans le domaine du changement climatique. Certains facteurs comme l’augmentation des températures vont provoquer des effets sur le climat qui à leur tour vont accentuer l’augmentation des températures. C’est alors un cercle vicieux qui s’enclenche et qui accentue le phénomène.). Par conséquence, l’état stationnaire d’un système économique basé sur le principe de la propriété a pour conséquence directe l’établissement de monopoles, et d’accroître les inégalités. Or l’homme doit pouvoir profiter des objets dont il a besoin, et ce de manière équitable. Le concept de propriété dépossède donc l’homme de ce droit. Donc, la propriété, c’est le vol. »

Voilà, je ramasserai les copies à la rentrée mais, d’ici là vous pouvez déposer vos commentaires. En attendant, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La grande Catherine…Ribeiro.

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des seventies et de la soupe aux choux réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 18 janvier 2021 et ce 29è jour du mois de Nivôse est dédié au mercure, peut-être est-ce pour cela que l’alchimie des états d’âme m’entraîne vers la nostalgie et me conduit à ressusciter quelques fantômes du passé…

J‘aime de temps en temps ressortir de l’oubli où la médiacratie les a relégué, des artistes qui m’ont ému. Tenez, voici Catherine RIBEIRO ! Je pense que les plus jeunes d’entre vous n’en ont jamais entendu parler. Les plus anciens se souviendront avec nostalgie de ses disques avec le groupe Alpes.  Voici ce qu’en disait Etienne Blondet en 1975 dans un numéro de la revue « Extra »: «Sa carrière étonnante, (…) c’est d’abord celle d’une voix énorme: voix d’espoir et de désespoir, voix de naissance et d’agonie, voix de haine et d’amour, voix du cœur et du sexe, voix du râle et du cri, voix magique par delà les mots qu’elle profère, voix des entrailles qui va droit aux entrailles de ceux qui l’écoutent…»

(normalement ici vous avez une vidéo mais, la machina elle est cassée.)

Cette merveilleuse interprète est à classer pour moi dans la lignée des Janis Joplin, Joan Baez, Nina Hagen, Colette Magny, Brigitte Fontaine ou une autre Catherine, Ringer… C’est sûr, madame Michu, nous sommes loin de la star’ac et de ses bêlements télévisuels. Léo Ferré disait d’elle:  » Elle n’est pas facile parce qu’elle se tient debout…  » . Mais laissez vous emporter quelques instants par cette voix venue d’ailleurs, « expression d’un trajet qui ne fut pas simple, et pour cause : une enfance pauvre, une mère tyrannique, qui la placera en asile psychiatrique où des électrochocs lui seront infligés dans le but de l’empêcher d’aimer le garçon qu’elle convoitait !… Cela se passait, figurez-vous, dans les années 60 et non dans les années 30… Le travail en usine la rendra plus encore insoumise à toute forme d’autorité. » (extrait du blog de Laurent Galley). A cette époque-là, Colette Magny, grande gueule et immense chanteuse, disait d’elle : « Dans la famille coup de poing, Ferré c’est le père, Ribeiro la fille, Lavilliers le fils. Et moi la mère ! »

C‘est étonnant, quand on affiche son amour pour ces artistes de variétés des années passées, on se fait vite ringardiser… Mais s’il s’agit de Mozart ou de Couperin, tout le monde trouve cela normal ! C’est pas une raison pour se précipiter au spectacle « Age tendre », maison de retraite itinérante pour tous les losers de l’époque « Yé-yé ». Comme le disait mon aïeule qui avait fréquenté Georgius et Mistinguette, il faut savoir séparer le bon grain de l’ivraie.

Allez, n’hésitez pas à repasser par ici, ne serait-ce que pour me corriger sur mes « phautes d’ortografe », c’est ouvert tous les jours. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’eau ferrugineuse…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

,

Amis de la vérité historique et du vin de paille réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 16 janvier 2021, 27è jour de Nivôse, dédié au Plomb.

Un siècle déjà. C’est le 16 janvier 1920 qu’officiellement les États-Unis d’Amérique sont devenus dry. La fin d’un long processus, d’un long et saint combat pour les ligues de tempérance, les clubs puritains, les associations prohibitionhygiénistes afin que soient interdites les « liqueurs toxiques ». Le 16 janvier 1920 entre en application le XVIIIe amendement à la Constitution des États-Unis d’Amérique.Voté un an plus tôt, le 16 janvier 1919, l’amendement interdit la vente mais aussi la consommation d’alcool sur toute l’étendue du pays. Cette « Prohibition » marque le t riomphe des ligues de vertu, soucieuse de régénérer l’Amérique ! Paradoxalement, il s’ensuit une explosion des trafics illégaux d’alcool. Ils sont le fait de « bootleggers », ainsi appelés parce qu’ils cachent les bouteilles dans leurs bottes.

https://youtu.be/YcuE54E9coI

 

Arrivées aux États-Unis avec la dernière vague d’immigration, les organisations mafieuses d’origine sicilienne sautent sur l’occasion pour étendre leurs activités et accroître leurs 1panneau-avant-Prohibition-1024x1024profits. Chicago, sous la férule d’Al Capone, s’attire la douteuse réputation de capitale du crime. Dans le même temps, à New York, Lucky Luciano organise un véritable syndicat du crime organisé. La corruption gangrène la police et l’administration. Devant un pareil échec, le gouvernement américain choisit sagement de reculer. Le 17 février 1933, au tout début de la présidence de Franklin Delano Roosevelt, est voté le Blaine Act, du sénateur John J. Blaine. La nouvelle loi autorise la vente de bière. Enfin, le 5 décembre 1933, est voté le XXIe amendement qui, tout simplement, annule le XVIIIe. C’est la seule fois qu’un amendement constitutionnel est ainsi annulé par un autre amendement. La Prohibition va cesser dès lors de ronger la société américaine. Elle ne va plus  devenir qu’une source d’inspiration pour le cinéma. Etonnant, non !

Bon, allez, j’m’en vas m’faire couler une p’tit’ goutte moi (merci à Sylvain de m’avoir fait découvrir le Benriach, un Speyside de dix ans vieilli dans des futs de rhum jamaïcain -excellent). Merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Rosae, rosa, rosam…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

, ,

Amis du célibat pour tous et du mariage pour chacun réunis, bonjour ! En ce Vendredi 15 janvier 2021, 26è jour de Nivôse dédié à l’étain; je sacrifie à la tradition en saluant le jour anniversaire de la naissance de Proudhon. Néanmoins j’ai choisi d’évoquer Rosa Luxembourg, étonnant, non!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht (48 ans l’un et l’autre)  sont assassinés dans leur prison par des groupes paramilitaires anticommunistes, les Freikorps (« corps-francs »). Ex-animateurs du 250px-RLuxemburgCpWzgroupe révolutionnaire Spartakus, ils avaient fondé le 30 décembre 1918 le Parti communiste allemand (KPD) et tenté d’importer en Allemagne la Révolution russe à la faveur des troubles consécutifs à la défaite de leur pays et à l’armistice. Ayant déclenché une grève générale le 6 janvier 1919, leur tentative de soulèvement est écrasée par le ministre de la Défense, le social-démocrate Gustav Noske, au cours de la « Semaine sanglante » du 11 au 15 janvier 1919. C’est à Rosa que l’on doit cette pensée: « Celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaines. » Elle fut assassinée par des officiers des corps francs, dont sont issus les premiers nazis, pendant la Révolution allemande, lors de la répression de la Révolte spartakiste de Berlin.

Contrairement à Lénine qui mise sur la discipline d’un parti bien structuré, elle défend l’idée que la grève de masse est le principal moyen d’action révolutionnaire. Rosa Luxemburg s’oppose à la dérive guerrière de l’Allemagne. Une campagne pacifiste lui vaut d’être arrêtée en 1915. Zetkin_luxemburg1910En 1916, la crise du SPD la conduit à fonder avec Karl Liebknecht, Franz Mehring et Clara Zetkin, la Ligue des Spartakistes, mouvement révolutionnaire et antimilitariste, ancêtre du Parti Communiste Allemand. Enthousiasmée par la Révolution russe de 1917; elle se montre cependant très lucide et clairvoyante sur l’autoritarisme et le manque de liberté du régime bolchevique. Mais si elle est proche de Clara Zetkin -théoricienne du féminisme- (photo de droite) Rosa Luxemburg ne s’exprime pas dans les schémas féministes de l’époque. Elle ne s’intéresse pas spécifiquement aux droits des femmes, c’est toute l’humanité qui l’intéresse. Pour elle le statut inférieur des femmes, tout comme l’antisémitisme, disparaîtra quand viendra le socialisme.

Cette pacifiste croit en l’Internationalisme, les ouvriers allemands ne se battront pas contre leurs frères français. Elle appelle à la fraternité entre les peuples, milite contre la guerre, dont elle dénonce le caractère impérialiste, en donnant des conférences. Son engagement antimilitariste lui vaut d’être jugée et incarcérée, pendant presque toute la guerre; elle continue d’écrire des articles, qu’elle fait sortir rosa_luxemburgclandestinement par ses visiteurs, rédige aussi des livres. Femme de conviction, après la «trahison» du Parti social-démocrate allemand (qui vote les crédits de guerre en Aout 1914), elle se rapproche de Karl Liebknecht. Et ensemble ils fonderont la Ligue Spartakiste -du nom de Spartakus à l’origine de la révolte des esclaves à l’époque romaine- puis le Parti communiste allemand (en janvier 1919), dont elle rédige les statuts. Jusqu’au dernier moment Rosa Luxemburg sera une indéfectible combattante. Ainsi le jour de sa mort, cachée dans un appartement bourgeois berlinois, elle compose son dernier article intitulé «L’ordre règne à Berlin!»: « Sbires stupides! Votre “ordre” est bâti sur le sable. Dès demain la révolution “se dressera de nouveau avec fracas” proclamant à son de trompe pour votre plus grand effroi. J’étais, je suis, je serai!»

Bon, ben, j’ai comme l’impression que le moule est cassé. Des comme ça, y’en a plus beaucoup. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

A l’aise Blaise…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’antanaclase* et de la confiture de mirabelles réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 14 Janvier 2021, 25è jour de Nivôse dédié au chat dans notre calendrier républicain. Pour illustrer cette entrée en matière je vous ai déniché une photo de greffier des pluschat-lunette croquignolesques. Ce qui devrait faire plaisir à Siné dont je collectionne les dessins de chat. Bon, je m’avance peut-être un peu mais je sais que de là ou il est, il consulte régulièrement Les cénobites tranquilles. Après tout, je continue bien de mon côté à lire assidument Siné-Mensuel en dépit de son absence. *Pour les amoureux de la langue française je rappelle que l’antanaclase est la répétition d’un mot ou d’une expression avec un sens différent, en exploitant sa polysémie. Elle est proche de la paranomase et de la syllepse de sens. Ex : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » (Blaise Pascal, Pensées) C’est pas littéraire ça mes body boys ? Justement, tiens, admirez l’enchainement.

Blaise Pascal, fut, comme vous le savez, l’inventeur de la calculette, la fameuse Pascaline (à gauche en photo) et ses travaux sur le calcul des probabilités ont passionné de nombreux joueurs. Il développera en 1654 une méthode de résolution du « problème des partis » qui, pascalinedonnant naissance au cours du XVIIIe siècle au calcul des probabilités, influencera fortement les théories économiques modernes et les sciences sociales. J’en connais au moins un de parti qui aimerait bien savoir quelles sont les probabilités pour lui de retrouver le pouvoir après 2017… Mais, saviez vous  qu’on lui doit aussi la première ligne de « transports en commun », convoyant les passagers dans Paris avec des carrosses à cinq sols munis de plusieurs sièges.Après une expérience mystique qu’il éprouva à la suite d’un accident de carrosse en octobre 1654, il se consacrera à la réflexion philosophique et religieuse. Il écrit pendant cette période Les Provinciales et les Pensées, ces dernières n’étant publiées qu’après sa mort qui survient deux mois après son 39e anniversaire.

Il est aussi l’auteur du fameux triangle qui porte son nom encore que, Yang Hui, mathématicien chinois sous la dynastie Qin avait travaillé quatre siècles plus tôt sur un concept semblable. Il utilise ce tableau arithmétique afin de résoudre le « problème des partis », discuté depuis le XIVe siècle. Ce problème, qui lui a été soumis par son ami le chevalier TriangleIsocelPascal-300x214de Méré, concernait le partage équitable des gains d’un jeu de hasard interrompu : deux joueurs décident d’arrêter de jouer avant la fin du jeu et souhaitent partager les gains de manière équitable en s’appuyant sur les chances que chacun avait de gagner une fois à ce point. Le calcul des probabilités venait de voir le jour. C’est encore lui qui, dans Pensées, introduit la notion d’ordre comme « un ensemble homogène et autonome, régi par des lois, se rangeant à un certain modèle, d’où dérive son indépendance par rapport à un ou plusieurs autres ordres ». Les trois ordres identifiés par Pascal sont l’ordre du corps, l’ordre de l’esprit ou de la raison, et l’ordre du cœur ou de la charité. Cette notion d’ordre a été reprise par le philosophe André Comte-Sponville.

Aujourd’hui, les partis se préoccupent plutôt des forces de l’ordre… Allez ça  suffit pour un jeudi; portez vous bien et à bientôt peut-être.

Dinard, Dinard, trois minutes d’arrêt…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la prosopopée et du marron d’Inde réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 13 janvier 2021 et malgré vos bonnes résolutions, vous êtes encore devant votre ordinateur… C’est le 24è jour de nivôse dédié au Cuivre. nous fêtons (ou pas) Enogat, patron de Dinard, on retrouve sa trace au monastère de Saint-Méen, où il futdinard abbé, comme à Alet, où il fut évêque au VIIe siècle. Il a donné son nom à la commune de Saint-Enogat (35). La paroisse de Saint-Énogat  était jusqu’en 1858 le centre de la commune actuelle de Dinard. Originellement, Dinard faisait partie de la paroisse de Saint-Énogat. Puis, à la fin du XIXe siècle, les Britanniques commencèrent à y venir en villégiature et y firent bâtir de somptueuses villas sur la côte. Dinard se développa alors rapidement et devint la station de bord de mer la plus prisée d’Europe. Mais elle connut une désaffection à partir des années 1930, lorsque la haute société partit plutôt sur la Côte d’Azur.

Aujourd’hui, Dinard est, sans nul doute, la station balnéaire la plus « british » de France avec ses 407 villas classées. A l’époque où j’y résidais il y avait même un Consul de sa très gracieuse majesté qui y tenait salon. La villacommune est aussi connue pour son célèbre festival du film britannique.Voilà pour la petite histoire. Dinard, simple village de pêcheurs jusqu’à l’arrivée des Britanniques, tire son origine mythique du légendaire Roi Arthur: Din (colline / fort) – Arz/Ar (ours / Arthur) ; l’ours, dans la mythologie celtique, symbolise la souveraineté. Les Acta Sanctorum prétendent que « Saint Énogat était le cinquième successeur de saint Malo : il fut sacré au commencement de l’année 628, sous le règne d’Hoël III et le pontificat d’Honorius Ier, il mourut le 13 janvier 631, et l’article qui lui est consacré se termine par cette phrase « Nihil de eo aliud comperimus » (Nous ne savons rien de plus à son sujet). Dont acte…

Bon, je vous laisse, je dois me faire tester, vacciner, isoler, confiner… Naaaan, j’déconne ! Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Frères humains qui après nous vivez…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des bars-à-vins et du coquelet en sauce réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 12 janvier 2021, 23è jour de nivôse dédié au fer. VillonComme n’aurait pas manqué de le faire remarquer Bourvil: il faut le faire ! Quand bien même, pour la pataphysique, ce 12 Janvier 2021 est en réalité le Dimanche 15 Décervelage 148 Conscience d’UBU. Alors que je poursuis ma paisible retraite dans mon modeste ermitage et que les bruits du monde me parviennent assourdis par l’étrange lucarne, me laissant quelques temps libres, il m’est venu à l’esprit de relire Villon. Façon personnelle d’échapper au bruit et à la fureur des temps modernes;  Je vous ai mis de côté cette strophe qui ne saurait vous déplaire:

Sur mol duvet assis, ung gras chanoine,
Lez ung erasier, en chambre bien nattée,
A son costé gysant dame Sidoine,
Blanche, tendre, polie et attintée,
Boire ypocras, à jour et à nuytée,
Rire, jouer, mignonner et baiser,
Et nu à nu, pour mieux des corps s’aiser

François Villon.

https://youtu.be/uXOXLxVu_q8

Voila bien la philosophie qui sied à un cénobite. D’ailleurs, je vais de ce gibet.jpepas m’en resservir un petit en guise de solution hydro-alcoolique ce qui devrait avoir un effet immédiat sur les hordes de microbes et autres virus qui se sont mis en tête de nous pourrir la vie. Juste pour vous faire baver, il s’agit d’un Single Malt en provenance de Isle of Jura, un Signatory vintage millésimé 1997, bouteille N° 311… Quand je pense qu’à une lettre près notre poète porte le même nom qu’un ancien premier sinistre qui rêva de devenir calife à la place du calife… C’est un coup à vous éloigner de la poésie ou de la politique! PS: désolé pour les liens vidéo. Malgré tous mes efforts, je n’y arrive pas.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Blancs bonnets et bonnets rouges…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’anacoluthe et de l’endive braisée réunies, bonjour! Nous sommes déjà le Lundi 11 janvier 2021, 22è jour de nivôse dédié au sel… aujourd’hui donc, le st-hernincalendrier des postes voudrait nous faire croire que c’est la saint Paulin; en vérité, c’est la St hernin. Hernin serait venu de Grande-Bretagne pour établir son ermitage à Locarn. Le nom vient du vieux breton Harn, d’ou Loc Harn. La tradition locale prétend qu’il déserta ensuite ce lieu pour venir à Saint-Hernin, soutenu par le seigneur de Kergoat. Ce sont là deux charmants bourgs de la Bretagne centrale. A droite, un détail du calvaire de kerbreudeur à Saint-hernin.

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges. Le 11 juillet 1675 et les jours qui suivent, les insurgés de vingt paroisses de Scaër au Huelgoat, assiègent et pillent le château du Kergoët en Saint-Hernin, une somptueuse demeure pourvue de bonnets-rouges-300x192murailles et de défenses, propriété du marquis Le Moyne de Trévigny, puis le brûlent. L’intendant et plusieurs serviteurs sont assassinés. La marquise parvient à s’échapper et se réfugie au couvent des Carmes de Carhaix. Le propriétaire est réputé être lié à ceux qui avaient amené en Bretagne les impôts du timbre et du tabac. Par ailleurs les révoltés craignent l’imposition de la gabelle. Enfin le seigneur du lieu a la réputation d’être dur avec ses vassaux. Il se racontait alentour que le château avait été entièrement reconstruit par corvées. Une transaction est passée entre les paroisses et Le Moyne de Trévigny pour réparation des dommages sur son château. Celle-ci est approuvée par les États de Bretagne en octobre 1679. Ah, on savait s’amuser à l’époque…

Bon, allez, haut les cœurs; et comme disait mon aïeule: A la saint Hernin, le cénobite va bien ! Portez vous bien et à bientôt peut-être.